Au temps du Paradis conte pour enfants

Au temps du Paradis conte pour enfants

Chers petits amis,

Je suis le Prince du Palais du Royaume des Lettres. C'est ici que je suis né et c'est ici que je vis. C'est un endroit merveilleux où je ne m'ennuie jamais, tant il y a de choses à découvrir. Surtout ne m'imaginez pas avec une longue barbe blanche et ne me prêtez pas deux cents ans ; je suis jeune et d'ailleurs, je rajeunis à chaque jour qui passe !

Je me trouve en ce moment, dans la grande bibliothèque du palais, confortablement installé. Tout autour de moi, reposent, sur des étagères qui vont jusqu'au plafond, des milliers de livres de toutes les couleurs et de toutes les tailles. Et savez-vous pour qui sont tous ces livres ? Pour vous, chers petits et pour tous les enfants du monde entier, car je vous invite  aujourd’hui dans mon Royaume, pour vous raconter les passionnantes histoires qu'ils renferment.

J'ai choisi de  vous raconter la toute première histoire du monde, celle sans laquelle on ne pourrait en raconter aucune autre. Je la raconte à ma manière. J'aime à penser que c'est ainsi que tout a commencé. Ouvrez grand vos oreilles et écoutez l'histoire des premiers temps du paradis.

Au temps du Paradis conte pour enfants histoire du soir

«Il y a très, très longtemps, en quelque mystérieux endroit de la Terre, deux belles fleurs discutaient. Elles s'épanouissaient dans un merveilleux jardin appelé Eden, d'où s'exhalaient les plus agréables parfums. Une brise les berçait tendrement.

L'une était rose, dressée droite sur sa tige solide, et ses pétales s'enroulaient en corolle. L'autre était blanche immaculée, penchée vers la lumière et ouvrait des pétales si grands qu'on voyait ses étamines.

Les deux fleurs étaient nées la veille, sur une simple parole de Dieu et elles s'étaient aussitôt liées d'amitié.

Quatre fleuves arrosaient ce jardin parfait, s'écoulant vers le nord, le sud, l'est et l'ouest. Ils donnaient à ce lieu un caractère de fécond enchantement.

Ce jour là, le cinquième de cette mémorable semaine où étaient apparus le jour et la nuit, le ciel et la mer, la terre et les plantes, le soleil et la lune, il s'était passé quelque chose.

– Regarde, regarde, là haut sur la plus haute branche de ce bel arbre ! Ne vois-tu rien s'agiter ? disait la fleur blanche à son amie.
– Si, je vois bien des choses étranges, toutes différentes, qui volent, sautillent et portent un magnifique costume de plumes multicolores  !

Des chants variés, d'une beauté encore inconnue à nos deux amies, s'élevaient dans l'air ; les premiers chants d'oiseaux. Tous louaient Dieu dans une joie débordante.

L'un des oiseaux qui voletaient là se posa auprès de nos amies et leur dit ces mots, avec grâce :

– Bonjour, Mesdemoiselles, que vous fleurez bon ! Qui êtes-vous ?
– Nous ne le savons pas ! Et vous ?
– Je ne sais pas non plus. Mais qu'il fait bon vivre !  j'ai vu la mer et quantité de poissons qui sautaient de joie. Où suis-je ?
– Au Paradis, répondit la fleur blanche et sais-tu ce qui se passe ? Le soir, après la brise, un astre brillant dont j'ignore le nom - quelque chose qui ressemble à rien d'autre ! - s'allume dans le ciel et répand une clarté étrange, puissante en pleine journée, et douce le soir.
– Tu oublies les milliers de points lumineux qui se sont allumés avec la nuit et que nous avons admirés si longtemps cette nuit, ajouta la fleur rose.
– Mes amies, fit l'oiseau, puis-je… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu, en haut à droite.

Au temps du Paradis conte pour enfants

Cliquez like ci-dessous

  • Jacinthe dit :

    Superbe. Merci d’élever nos âmes!

  • >