Tag Archives for " Histoire du soir "

Guillaume Tell Histoire de grand homme

Guillaume Tell raconté aux enfants

L'Histoire que voici est une histoire qui mêle des faits historiques et une part de légende. Il est très difficile de savoir ce qui s'est exactement passé. Mais dans cette histoire de Guillaume Tell raconté aux enfants, j'ai essayé de vous esquisser le cœur le plus intéressant de l'histoire.

La dure saison d’hiver approchait, chassant le soleil.

Le lac se couvrait de lourdes vagues soulevées par un vent glacial et menaçant.

Guillaume Tell raconté aux enfants

Les pêcheurs rentraient leurs barques et se préparaient à réparer leurs filets. Les nuages tombant sur eux, les vachers du canton d’Unterwald dirent adieu aux pâturages. Dans un tintement de cloches et de meuglements, les troupeaux redescendaient dans la vallée.

Les monts et les plaines revêtaient leur manteau de neige et de glace. Les chasseurs de chamois du canton d’Uri entendaient le tonnerre gronder derrière les sommets des montagnes. Du haut des sentiers verglacés, la vallée s’étendait à leur pied comme une mer de brume.

Cela se passait au 13e siècle au pays d’Helvétie (que l’on appelle maintenant la Suisse). Les trois cantons d’Huri, d’Unterwald et de Shwytz formaient un petit monde à part sur les bords du lac de Lucerne.

Le lac de Lucerne http://lhistoiredusoir.com guillaume tell raconté

Le lac de Lucerne

 

On y vivait en paix, dans le droit et la justice. Jadis, l’empereur d’Allemagne, Rodolf de Hasbourg, avait autorisé les citoyens des trois cantons à se gouverner eux-mêmes, en récompense de leur fidèle attachement à l’Empire… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu, en haut à droite.  .

A la mort de Rodolf, son fils Albert, le Duc Noir, avait reçu le duché d’Autriche en héritage. Il ne respecta pas les édits accordés par son père, et traita les cantons suisses en pays conquis. Il y installa des baillis autrichiens, qui gouvernaient en son nom. Certains d'entre eux, dit-on, se montrèrent injustes.

C’est ainsi qu’un jour, au début de l’hiver, il y eut un incident. Sur la rive du lac, un batelier sifflotait en rangeant sa barque dans son abri, aidé de son ami, un certain Guillaume Tell, connu pour être un chasseur adroit. Soudain, ils entendirent les pas d'un homme qui accourait.

— Eh ! mais voilà notre camarade Baumgarten ! s’écria le batelier.

Baumgarten, hors d’haleine, s’arrêta près d’eux.

— Pour l’amour de Dieu, batelier, ressors ta barque ! Transporte-moi vite de l’autre côté du lac !
— Eh, là ! l’interpella Guillaume. Qu’est-ce qui te presse tant, camarade Baumgarten ?
— Ah ! c’est toi, Guillaume ! répondit l’homme. Les soldats me poursuivent. Je suis un homme mort s’ils m’attrapent. Je viens de tuer le bailli d’Unterwald d’un coup de hache !
— Tué, le bailli ? fit Guillaume Tell. Voilà une mauvaise affaire. Du moins pour toi. Ce maudit bailli a fait trop de mal pour que je le regrette, que Dieu ait son âme ! Mais te voilà en danger, désormais.
— Oui, fit Baumgarten, il me faut passer le lac, et vite. Batelier ! Mène-moi donc sur l’autre bord !
— Mais comment voulez-vous que je fasse ?! s’exclama le batelier. Le vent est déchainé ! Voyez comme le lac se soulève !
— Il y va de ma vie, batelier ! le supplia Baumgarten. Pense à ma femme et à mes enfants !
— Moi aussi, j’ai femme et enfants ! fit le batelier. Je ne veux pas risquer de me noyer ! Aucun homme de bon sens ne tenterait de traverser le lac aujourd’hui !

Alors Guillaume Tell dit calmement, avec un calme étrange d'ailleurs, et saisissant :

— Il faut venir en aide à celui qui demande du secours. Donne-moi ton bateau, ami ! Allons, Baumgarten, nous allons traverser ensemble.
— Merci, Guillaume, tu me sauves la vie.
— De nos jours, reprit Guillaume Tell, il vaut mieux confier sa vie aux mains de Dieu qu’à celle des hommes.Lire davantage

Au temps du Paradis conte pour enfants

Au temps du Paradis conte pour enfants

Chers petits amis,

Je suis le Prince du Palais du Royaume des Lettres. C'est ici que je suis né et c'est ici que je vis. C'est un endroit merveilleux où je ne m'ennuie jamais, tant il y a de choses à découvrir. Surtout ne m'imaginez pas avec une longue barbe blanche et ne me prêtez pas deux cents ans ; je suis jeune et d'ailleurs, je rajeunis à chaque jour qui passe !

Je me trouve en ce moment, dans la grande bibliothèque du palais, confortablement installé. Tout autour de moi, reposent, sur des étagères qui vont jusqu'au plafond, des milliers de livres de toutes les couleurs et de toutes les tailles. Et savez-vous pour qui sont tous ces livres ? Pour vous, chers petits et pour tous les enfants du monde entier, car je vous invite  aujourd’hui dans mon Royaume, pour vous raconter les passionnantes histoires qu'ils renferment.

J'ai choisi de  vous raconter la toute première histoire du monde, celle sans laquelle on ne pourrait en raconter aucune autre. Je la raconte à ma manière. J'aime à penser que c'est ainsi que tout a commencé. Ouvrez grand vos oreilles et écoutez l'histoire des premiers temps du paradis.

Au temps du Paradis conte pour enfants histoire du soir

«Il y a très, très longtemps, en quelque mystérieux endroit de la Terre, deux belles fleurs discutaient. Elles s'épanouissaient dans un merveilleux jardin appelé Eden, d'où s'exhalaient les plus agréables parfums. Une brise les berçait tendrement.

L'une était rose, dressée droite sur sa tige solide, et ses pétales s'enroulaient en corolle. L'autre était blanche immaculée, penchée vers la lumière et ouvrait des pétales si grands qu'on voyait ses étamines.

Les deux fleurs étaient nées la veille, sur une simple parole de Dieu et elles s'étaient aussitôt liées d'amitié.

Quatre fleuves arrosaient ce jardin parfait, s'écoulant vers le nord, le sud, l'est et l'ouest. Ils donnaient à ce lieu un caractère de fécond enchantement.

Ce jour là, le cinquième de cette mémorable semaine où étaient apparus le jour et la nuit, le ciel et la mer, la terre et les plantes, le soleil et la lune, il s'était passé quelque chose.

– Regarde, regarde, là haut sur la plus haute branche de ce bel arbre ! Ne vois-tu rien s'agiter ? disait la fleur blanche à son amie.
– Si, je vois bien des choses étranges, toutes différentes, qui volent, sautillent et portent un magnifique costume de plumes multicolores  !

Des chants variés, d'une beauté encore inconnue à nos deux amies, s'élevaient dans l'air ; les premiers chants d'oiseaux. Tous louaient Dieu dans une joie débordante.

L'un des oiseaux qui voletaient là se posa auprès de nos amies et leur dit ces mots, avec grâce :

– Bonjour, Mesdemoiselles, que vous fleurez bon ! Qui êtes-vous ?
– Nous ne le savons pas ! Et vous ?
– Je ne sais pas non plus. Mais qu'il fait bon vivre !  j'ai vu la mer et quantité de poissons qui sautaient de joie. Où suis-je ?
– Au Paradis, répondit la fleur blanche et sais-tu ce qui se passe ? Le soir, après la brise, un astre brillant dont j'ignore le nom - quelque chose qui ressemble à rien d'autre ! - s'allume dans le ciel et répand une clarté étrange, puissante en pleine journée, et douce le soir.
– Tu oublies les milliers de points lumineux qui se sont allumés avec la nuit et que nous avons admirés si longtemps cette nuit, ajouta la fleur rose.
– Mes amies, fit l'oiseau, puis-je… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu, en haut à droite.

Au temps du Paradis conte pour enfants

Cliquez like ci-dessous

Histoire pour enfants Egypte antique – Héria, Partie II

Egypte racontée aux enfants - Héria- Partie II

Le bateau vogue sur le large fleuve du Nil, poussé par le vent du nord. Mikêt et Héria sont installées à l’avant sur des coussins.

– Regarde, ma petite fille, le fleuve généreux. Si les cultures peuvent pousser, si tu vois les champs verdoyants, c’est bien grâce à lui. Chaque année, lors de la crue, il déborde de son lit et pendant plusieurs semaines, inonde les terres. Tout est recouvert du limon, cette terre légère si riche. Sur ce sol fertile, lorsque le fleuve rentre dans son lit, les hommes peuvent semer les graines qui poussent facilement, malgré le soleil brûlant. Après les labours et les semailles, vient le temps des moissons. Les hommes coupent les épis de blé, qui sont battus et vannés pour récupérer le bon grain. Puis la récolte est comptée et rentrée dans les greniers.
– Sans le Nil et le travail de ses paysans, l’Egypte ne serait rien ! ajouta le capitaine Obed qui écoutait la conversation. Tiens, petite, veux-tu cette grenade bien mûre ? Ou préfères-tu ce melon ? cela te rafraichira.

Héria accepte le fruit avec plaisir, remerciant vivement le capitaine.

– Dans mon village, raconte-t-elle, nous élevons des chèvres et des moutons. Je les emmène souvent paître dans les prés.
– Tout au nord du royaume, dans le delta du Nil, là où le fleuve rejoint la mer, ce ne sont que des vastes marécages, dit le marin qui a beaucoup voyagé. On y capture les oies et les canards sauvages !

Obed interrompt soudain son récit, se lève et crie vers les marins :

– Ohé, attention, les gars ! Ralentissez !

Histoire pour enfant - Héria

Alertée par le cri du capitaine, Héria se penche par-dessus bord. Elle voit des hippopotames qui leur barrent la route.

– S’ils ne se poussent pas, nous allons devoir attendre ici, sous le soleil, se plaint un marin.
– Attends avant de râler ! répond le capitaine. Regarde ce qui approche…

Du bord du fleuve, un grand crocodile vient de glisser dans l’eau verte. Les hippopotames, peu enclins à lui disputer le passage, se regroupent rapidement près de l’autre rive et le bateau peut terminer son voyage sans encombre.

Arrivées au palais, Mikêt et Héria sont conduites auprès de la reine. Elle git, immobile, sur son lit. En les entendant arriver, Néfertari ouvre les yeux et dit d’une voix presque inaudible :

– Vous êtes là… merci. Je m’en remets à vous. Les potions données par le médecin du palais ne m’ont pas guérie, vous êtes mon dernier espoir.
– Que vous a-t-il prescrit ? demanda la guérisseuse.
– Ceci, répondit une servante en lui tendant un pot de terre.

Histoire pour enfant - Héria

Les Égyptiens maîtrisaient déjà le verre et la céramique. Ils étaient de talentueux artisans.

Mikêt saisit le pot, flaire la préparation, trempe le doigt dedans.

– Ce sont des graines de pavot. Je ne suis pas étonnée que vous vous sentiez toute endormie, ô reine ! C’est un somnifère très puissant. Le médecin est un âne !

La vieille femme pose sa main sur le front de la reine : il est brûlant. Elle palpe délicatement son estomac. La reine gémit de douleur.

– Je pense que vous  avez une infection, peut-être avez-vous mangé de la nourriture mal préparée.
– C’est possible… souffle la reine. Dans les villages, on me propose souvent des fruits et des gâteaux.
– Je vais vous préparer une décoction d’écorce de saule, contre la fièvre ; ainsi qu’une purée d’ail mêlée à quelques autres ingrédients, qui purifiera votre estomac. Ensuite, jeûne complet, vous ne mangerez rien, jusqu'à nouvel ordre, à part une tisane au miel. Et plus de pavot !

Héria sort du panier de sa grand-mère l’écorce de saule séchée, la brise en petits fragments et la met à bouillir dans l’eau chaude d'un brasero. Pendant que la tisane se réchauffe, elle écrase des gousses d’ail dans un mortier en pierre, ce qui lui fait pleurer les yeux, naturellement. Mais ce n'est pas grave. Si elle veut être médecin un jour, elle ne doit pas s'arrêter à ces petits tracas du métier. Elle  ajoute de l’huile d’olive et l’apporte enfin à la reine.

– Pouah, quelle odeur ! s’exclama Néfertari… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu, en haut à droite.  .

Mikêt sourit :

– Oui, c’est fort, mais c’est aussi extrêmement efficace pour tuer les mauvais microbes.Lire davantage

Histoire pour enfants Egypte antique Egypte, Assouan, temple de Philae

Histoire pour enfants Egypte antique – Héria, Partie I

Histoire pour enfants Egypte antique

Héria s’était levée tôt, ce matin-là. Elle avait quitté son village alors que le soleil commençait à peine à s’élever au-dessus des montagnes, réveillant la vallée du Nil et la ville de Thèbes. De l’autre côté du fleuve majestueux, les temples sortaient doucement de la pénombre. Dans les collines silencieuses se dissimulaient les tombeaux des pharaons et des reines du temps passé.

Malgré sa marche rapide, Héria frissonnait, car l’air était frais en ce matin de janvier. Et puis, elle allait au-devant d’une épreuve. Son rêve allait-il enfin pouvoir se réaliser ? Car la jeune fille portait dans son cœur un grand désir : devenir médecin, soigner ceux qui souffrent. Déjà, elle avait appris avec sa grand-mère, la vénérable Mikêt, les secrets des plantes qui guérissent. Aujourd’hui, elle voulait étudier à l’école de médecine, au temple de Karnak. Mais elles étaient bien rares, les femmes qui étaient admises à étudier dans ce lieu. Comment Nebka, le grand-prêtre, allait-il accueillir sa demande ?

Héria arrivait, un peu essoufflée, devant l’entrée monumentale du temple. Elle leva les yeux vers les statues gigantesques du pharaon Ramsès II, que les sculpteurs venaient juste d’achever. Ces colosses semblaient contempler l’obélisque qui se dressait au centre de la cour, ornée de hiéroglyphes, l'écriture égyptienne. Son sommet recouvert d’électrum

étincelait au soleil. La jeune fille passa sous le portique, secouant la poussière du chemin de sa tunique neuve en lin blanc. Il lui fallait faire bonne impression. Ses cheveux noirs, soigneusement nattés, encadrait son visage à la peau dorée.

Un scribe passait par là d’un air affairé. Héria l’interpella d’une voix douce mais assurée.

– S’il vous plaît, je voudrais voir le grand-prêtre.
– Le grand-prêtre ? fit le scribe. Tu… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu, en haut à droite.  n’y penses pas, il ne va pas recevoir tous les paysans qui se présentent ici, même s'il les respecte beaucoup.
– Mais c’est très important, insista la villageoise.
– A cette heure-ci, il célèbre le culte de Râ, le dieu-soleil, ça aussi, c’est important. Tu n’as aucune chance, dit-il encore en s’éloignant.

Histoire pour enfants Egypte antique

Les Scribes sont les érudits de l’Égypte Antique. Ils sont des lettrés qui aident Pharaon à diriger le Royaume.

Héria soupira et puis reprit courage. Non, elle n’allait pas se laisser rebuter ainsi ! Puisque personne ne l’arrêtait, elle entra dans le sanctuaire. Sur le seuil de l’hypogée, elle s’arrêta, bouche bée.

Hypogée Histoire pour enfants Egypte antique

Une hypogée, accès vers un lieu souterrain

Cette salle immense était une forêt de colonnes, toutes sculptées et décorées de couleurs vives. Le plafond, à peine visible dans l’obscurité de la salle, était peint d’étoiles dorées.

– Petite, que fais-tu là ? demanda soudain une voix grave.

Héria sursauta et se retourna. C’était bien lui, Nebka, le grand-prêtre, un des personnages les plus importants du royaume après Pharaon. Son front plissé et son crâne rasé lui donnaient un air sévère, mais une belle lumière dans son regard annonçait un homme juste. Vite, la jeune fille retrouva ses esprits. Prenant une grande inspiration, elle lui demanda d’un ton rapide :

Nebka

– Je veux devenir médecin. S’il vous plaît, permettez-moi d’étudier à la Maison de Vie.
– Tu veux devenir médecin… répéta le prêtre d’un ton songeur. Tu as de l’ambition, jeune fille. Ce sont des études longues et difficiles. Ne serais-tu pas plus heureuse chez toi, à tisser la laine ou à t’occuper de ta maison ?
– Non, ce n’est pas de ce bonheur tranquille que je souhaite. Je veux apprendre à soigner les blessés, réconforter les malades. Je ne suis pas ignorante, vous savez. J’ai appris à cueillir les herbes et je lis même quelques hiéroglyphes. Mon frère est à l’école de scribe, c’est lui qui m’a appris.
– Qui es-tu ? demanda Nebka, et qui est ton père ?
– Je suis Héria, fille de Khany. Mon père cultive dix arpents de terre. Nos champs sont fertiles et bien entretenus, s’exclama fièrement la jeune fille, mon père est un homme respecté.
– Eh ! bien, Héria, fille de Khany, tu m’as l’air d’être décidée ! Mais tu ferais mieux de renoncer. Ce que tu sais te servira à soigner les gens de ton village, les ouvriers de ton père et de ton mari, plus tard. Tu feras du bien autour de toi. Mais médecin…. Allons, rentre chez toi.

Histoire pour enfant Egypte antique

Histoire pour enfant Egypte antique

Nebka s’éloigna d’un pas pressé. Déjà, des prêtres accouraient vers lui, attendant ses ordres pour la journée. La cour du temple s’emplissait d’une foule nombreuse. Des ouvriers portant leurs outils s’interpellaient gaiement. Les paysans, guidant leurs charrettes traînées par des bœufs, apportaient leurs offrandes au temple : des jarres de bière, des pièces de laine ou de lin tissées, des poteries de toutes tailles, les premiers légumes de leurs récoltes.

Passant au milieu de ce joyeux vacarme sans y prêter attention, Héria ressortit du temple. Elle était désolée. Traînant les pieds dans la poussière du chemin, elle reprit le chemin du village. Elle traversa les champs sans leur accorder un regard. D’ordinaire, elle aimait à contempler ce paysage calme, le sol brun fertilisé par l’inondation, où perçaient déjà les premières pousses vertes du blé et de l’orge. La récolte serait bonne cette année, si les insectes ne la dévoraient pas. Elle croisa un âne qui trottinait, portant du fourrage. L’homme qui le menait l’apostropha joyeusement. Perdue dans sa tristesse, elle ne l’entendit même pas.

Le Nil - Histoire pour enfants Egypte antique

Ombres et lumières des rives en Egypte antique

Elle parvint au village. Ce matin, comme tous les matins, les garçons riaient aux éclats en se renvoyant adroitement une balle en tissu. Les fillettes, accroupies devant le seuil des maisons blanchies à la chaux, jouaient avec leurs poupées. Les femmes préparaient des galettes d’orge pour le repas ou filaient la laine. Les hommes étaient aux champs, réparant les canaux, arrachant les mauvaises herbes, ou redressant les bornes renversées par l’inondation.

Héria se réfugia chez Mikêt, sa grand-mère. Sa maison sentait bon les herbes séchées. Sur un brasero fumait de l’encens, qui purifiait l’air et chassait les insectes. Des lentilles mijotaient dans la marmite. C’était une odeur familière, apaisante. Voyant le visage bouleversé de sa petite-fille, Mikêt se leva de son tabouret et la serra dans ses bras.

– Oh ! grand-mère, il a refusé ! pleura amèrement Héria.

Histoire pour enfants Egypte antique
Lire davantage

La princesse aux oiseaux une histoire du soir

La Princesse aux Oiseaux est un exemple d'histoire

Il était une fois une princesse qui vivait dans un pays très lointain: la princesse aux oiseaux. Elle vivait dans un grand et merveilleux château de cristal, près d’une vaste forêt.

Retrouvez toutes les belles histoires de ce site ici.

La princesse aux oiseauxOr, la princesse aimait s’y promener. Tous les matins, elle partait, chaudement vêtue de sa cape en laine bleue et de ses souliers vernis.

Chaque jour donc, elle avançait sans bruit dans les sentiers couverts d’un tapis de feuilles ocres, rousses et dorées. Certes, tous les animaux de la forêt la connaissaient et l’approchaient sans peur.

La princesse prenait toujours soin d’apporter dans un panier tressé des graines et du pain, tout ce qui pouvait nourrir ses petits amis de la forêt. Ainsi, les faons, les écureuils et les chevreuils venaient manger dans sa main.

Mais la princesse aimait surtout les oiseaux. Mésanges, fauvettes, rossignols et colibris picoraient les graines qu’elle leur lançait. C’était un joyeux concert de pépiement autour d’elle.

L'oiseleur menace la princesse aux oiseaux

Cependant, voilà qu'un jour, un méchant homme suivit la princesse. C’était un oiseleur, qui voulait capturer les oiseaux pour les montrer en spectacle dans les foires. Lors, il se cachait derrière les arbres et la princesse ne l’avait pas remarqué.

La princesse était alors parvenue dans la clairière où elle avait l’habitude de se rendre. Tandis qu'elle avait posé son panier au sol, enlevé le torchon à carreaux qui le couvrait et qu'elle s’apprêtait à lancer une poigne de croutons, les oiseaux s’approchaient, pépiant en attendant de recevoir leur pitance.

Déjà, le méchant oiseleur sortait son filet et s’apprêtait à les capturer tous !

Heureusement, Loyal, le chien fidèle de la princesse, avait remarqué ce brigand. Aussitôt, aboyant furieusement, grognant, montrant les crocs, il lui fit si peur qu’il s’enfuit en courant et ne revint jamais dans la contrée. Bien sûr, Loyal fut récompensé de sa vigilance par un bel os. Tandis que la princesse put continuer à visiter ses animaux favoris en toute tranquillité.

On ignore l'origine de ce conte mais lui aussi est d'une simplicité désarmante et d'une vacuité narrative totale. Il manque assurément de rebondissement et de surprise. Il convient donc aux tout-petits enfants. Les plus grands ne s'en contenteront pas.

Y trouve-t-on des sens cachés ? C'est peu probable. L'origine populaire ne fait pas de doute. L'adversaire est ce"lui qu'on croise sur la route, le trésor est animalier. Rien ne donne à penser à un très haut niveau de culture ou de renommée. Ce conte a-t-il été inspiré par un personnage réel ? C'est possible. Des quantités de jeunes femmes ont bien pu vivre de tels événements.

L’histoire à raconter le soir

L’histoire du soir est comme un trésor pour les enfants. Histoire à raconter le soir ou moment de partage.

Ce livre que vous ouvrez chaque soir est comme un coffre rempli de merveilles pour votre famille. Ou alors, aujourd'hui, grâce à lhistoiredusoir.com, c'est sur votre smartphone que vous lisez l'histoire.

Retrouvez toutes les belles histoires de ce site ici.

La première pierre précieuse que vous en sortirez pourra être un rubis, d’une chaude couleur rouge, symbole de l’affection partagée.

L’histoire à raconter le soir

L’histoire à raconter le soir: tradition utile

Histoire à raconter le soir : un moment d’intimité familiale

Voyez votre progéniture blottie autour de vous sur le canapé, sur votre lit ou même au sol avec des coussins moelleux.

Vos jeunes auditeurs se réjouissent de ce temps que vous leur consacrez, entrant avec eux dans un monde enchanté ou leur faisant découvrir les trésors de notre passé et de notre planète.

Continuez à fouiller dans votre « livre aux trésors » pour choisir l’histoire à raconter le soir.

Vous pourriez ensuite y trouver un saphir, d’un bleu profond comme les océans.

Grandes vies

L'imaginaire, c'est bien. Mais les vraies vies, c'est magnifique aussi !

Racontez à vos enfants les aventures des grands explorateurs, ceux qui ont osé braver les éléments pour s’en aller découvrir des terres inconnues, Christophe Colomb en Amérique, Marco Polo en Chine ou Robert Scott au pôle Nord.

Ils donneront à vos enfants l’audace et le goût des aventures.

Sortez ensuite avec précaution des soieries chatoyantes, des colliers de perles aux reflets nacrés, roses ou blanches.

Choisissez alors une histoire à raconter le soir qui fera rêver les fillettes. Princesses ou bergères, fées ou enchanteresses, elles leur apporteront de la douceur et l’amour des belles choses.

Les garçons s’y intéresseront aussi, pour peu qu’un chevalier sans peur et sans reproche sauve la belle dame par son courage et sa bravoure.

histoire à raconter le soir sur https://lhistoiredusoir.com/

Grâce à lui, la demoiselle pourra échapper aux griffes d’un terrible dragon ou d’un mauvais tyran.

Princesse sortie des pages de l’histoire de France ou des contes traditionnels, les ouvrages ne manqueront pas pour cette histoire à raconter le soir. Le monde entier propose des contes. Une vie n'y suffit pas.

Brillant dans l’ombre du coffre, voici un diamant, pur et resplendissant, comme la vie de ceux qui nous montrent le droit chemin par leur vie exemplaire.

Ce soir, vie exemplaire ou fable ?

Racontez simplement la vie des hommes, célèbres ou inconnus, qui ont su faire le bien autour d’eux. Certains ont apporté la paix au monde.

Inventez aussi des fables qui apprendront à vos enfants comment trouver le bien. Inventez, c'est bon pour vous !

Des pierres sombres comme l’onyx ou l’améthyste vous feront penser aux récits de guerres et de conquêtes, qui ont souvent fondées les grandes civilisations. Ainsi, mettez des joyaux dans l'histoire...

Des chevaliers de la table ronde à Garibaldi, en passant par Alexandre le Grand, François Ier et du Guesclin... Cette histoire à raconter le soir leur fera découvrir les grands moments de l’histoire du monde.

L’histoire du passé apporte un éclairage nouveau pour comprendre le monde d’aujourd’hui. Car oui, il est arrivé que les puissants et les grands rois aient su mettre leur courage et leurs talents au service de leur pays et de leurs idéaux.

Des bijoux d’ambre ou de topaze font luire leurs reflets jaunes comme l’or.

Convoquez maintenant à l’heure de l’histoire à raconter le soir les poètes, musiciens, conteurs et autres artistes qui illuminent le quotidien parfois gris.

Victor Hugo, Virgile, Chopin ou Mozart ont égayé des milliers de personnes par leurs dons artistiques.
Peut-être révélerez-vous ainsi chez vos enfants un talent caché, un rêve enfoui dans leur cœur ?

Ainsi, les thèmes pour l’histoire à raconter le soir sont aussi riches que variés.
Vous trouverez sans peine de nombreuses sources d’inspiration. Elles plairont à tous les enfants, quel que soit leur âge ou leur caractère.

Mais, attention, ne leur offrez pas des trésors « en toc ».
Un texte riche et poétique, des illustrations de qualité, un récit passionnant, tout ceci contribue à élever l’âme de nos petits.

Les histoires du soir, une habitude à prendre

Les histoires du soir, une habitude à prendre

27 Dec 1961, USA --- 1960s Family Father Mother Two Sons Sitting By Christmas Tree In Living Room Reading A Book --- Image by © H. Armstrong Roberts Les histoires du soir

27 Décembre 1961, USA. Les histoires du soir sont présentes dans les foyers du monde entier

Les histoires du soir sont réclamées par tous les enfants, elles font partie du rituel du coucher dans de nombreuses familles. Ainsi, dDécouvrez la joie de lire des histoires du soir à vos enfants. Car c’est un moment de complicité, d’affection familiale, d’apaisement avant le coucher. Certes, elles sont très bonnes voire indispensables pour sa santé. Je vous en parle ici.

Retrouvez toutes les belles histoires de ce site ici.

Les histoires du soir permettent de découvrir

Les histoires du soir permettent à vos enfants de découvrir tous les héros de votre enfance et leurs aventures passionnantes. Qu'il s'agisse de "Blanche-Neige et les Sept nains", du "magicien d’Oz", de "la chèvre de M. Seguin, il y a des histoires du soir pour les grands comme pour les plus petits.

Cependant, vous trouverez très difficilement des supports de qualité pour ces histoires du soir, en ligne, en livre illustré, en recueil de contes. Ce sont néanmoins d’excellentes idées de cadeaux pour les anniversaires, les fêtes ou Noël… ou simplement comme ça, à l'impromptu. Pourtant, choisissez des livres d’histoires avec des belles illustrations, un langage poétique et riche. N’ayez pas peur des mots nouveaux, compliqués ou désuets, ils font partie de la magie du conte et enrichiront le vocabulaire de vos enfants.

 

Jouez les histoires du soir !

Racontez ces histoires du soir comme une pièce de théâtre, en mettant le ton. Voilà pourquoi chuchotez, parlez fort, ralentissez ou accélérez le débit captivera les jeunes oreilles. Tout cela contribue à créer des effets dramatiques que vos enfants apprécieront. Cela les aidera à se représenter les personnages et leurs aventures.

Ces histoires du soir peuvent rassembler toute la famille. Par ailleurs, les enfants plus âgés seront heureux de réentendre les histoires déjà racontées, même si elles sont simples, comme l’on retrouve de vieux amis. S’il y a des ados, proposez-leur aussi de participer à la narration, avec une lecture dialoguée par exemple.

Les histoires du soir, une habitude à prendre si vous ne l’avez pas déjà instaurée dans votre foyer… et une habitude à conserver si elle est déjà dans votre routine quotidienne.

Une histoire pour s’endormir, ah oui ? et pourquoi ?

Une histoire pour s’endormir, et pourquoi ?

Raconter à ses enfants une histoire pour s’endormir est très courant dans toutes les familles. Quel parent n’est pas sollicité par ses têtes blondes le soir, avant le coucher : « Maman, raconte-moi une histoire pour s’endormir ! ».

Ce moment fait très souvent partie de la routine du coucher, il n’est pas question d’oublier l’histoire pour s’endormir ! Mais pourquoi les enfants apprécient-ils tant cette histoire du soir ?

Histoire pour s’endormir: les parents aident l'enfant

Une histoire pour s’endormir, c’est d’abord un moment de tendresse, un câlin avec Papa ou Maman. Rien de tel pour se préparer à dormir en paix, le réservoir d’amour bien rempli.

Mais c'est aussi excellent du point de vue sanitaire: bien s'endormir est infiniment meilleur pour la santé que s'endormir mal, après avoir vu un écran par exemple.

L’histoire pour s’endormir réunit la famille

Vous pouvez raconter une histoire pour chaque enfant, mais l’histoire pour s’endormir est parfois aussi le moment de rassembler la fratrie. Car c’est l’occasion de rêver ensemble, de créer un imaginaire familial. Les frères et sœurs aimeront se remémorer la narration de telle ou telle histoire pour s’endormir. Installez-vous tous sur le canapé, ou en cercle, au sol sur des coussins, ce sera un moment de complicité partagée qui fera grandir l’amitié fraternelle.

Laissez l'enfant choisir l’histoire pour s’endormir. Ainsi, chaque enfant aura son héros préféré qu’il aimera retrouver chaque soir. Les plus jeunes vous demanderont sûrement très souvent la même histoire pour s’endormir. Répondez à leur souhait, ils y trouvent un cadre apaisant.

Apportez le plus grand soin aux choix des histoires pour s’endormir. Les illustrations doivent être jolies, les paroles poétiques. Ce sont les dernières images sensorielles que vos enfants garderont avant de s’endormir, autant qu’elles soient belles.

Dès leur plus jeune âge, en racontant une histoire pour s’endormir, vous donnerez à vos enfants le goût de lire. Ainsi, petit à petit, ils prendront l’habitude de toujours lire au moins quelques pages (et voire plus !) avant de se laisser emporter par le sommeil. Que de moments riches, distrayants, ou de réflexions vous leur préparez ainsi !

histoire-pour-sendormir histoire pour s’endormir

Histoire en ligne

Comment trouver une histoire en ligne pour raconter à ses enfants ?

Sur ce site, c'est vrai, vous trouvez la plus belle histoire en ligne possible.

histoire-en-ligne2 histoire en ligne

Pourquoi ?

Parce qu'une belle histoire est toujours une histoire fondée sur des valeurs, une dimension humaine et même, pour découvrir un mot savant, une anthropologie. L'histoire du soir doit être choisie avec soin.

Retrouvez toutes les belles histoires de ce site ici.

Depuis quelques années, avec le développement d’internet, il vous est très facile de trouver une histoire en ligne. Que vous cherchiez un conte traditionnel, une histoire héroïque, des récits mythologiques ou d’aventures, l’offre d’histoires en ligne est très variée.

Seulement, êtes-vous sûr que cette histoire ne va pas troubler l'enfant ? Quelle garantie en avez-vous ?

Pour une histoire en ligne de qualité

Vous êtes en voyage, c’est l’heure du coucher et votre enfant réclame son histoire ? Alors, quelques clics sur la toile vous suffisent pour trouver une histoire en ligne.

Les nouvelles technologies avancent, les appareils sont de plus en plus sophistiqués et les sites qui vous proposent de lire une histoire en ligne sont de plus en nombreux. Que ce soit avec un smartphone, une tablette, par courriel, à télécharger et à imprimer, ou tout simplement à lire directement sur le site, vous trouverez facilement une histoire en ligne, accessible par les moyens de communication modernes. Car, même si la technologie évolue, les demandes des enfants sont inchangées. Depuis des générations et pour encore de nombreuses années, les bambins aimeront toujours lire et écouter des contes. Que vous lisiez un livre ou une histoire en livre, ce moment de complicité sera toujours apprécié par les petits et les grands.

Mais l'inconvénient, c'est que vous n'avez pas de garantie quant à la qualité.

Voilà pourquoi vous avez intérêt à choisir un site garanti par les utilisateurs, les lecteurs. Et en lisant leurs commentaires, vous avez une idée du niveau des textes: le commentaire reflète largement le site commenté. L'histoire du soir doit plaire à d'autres parents. Ils sont les meilleurs critiques.

Autre aspect: le coût de l'histoire en ligne

Les prix des histoires en ligne sont très variés. Il existe des livres numériques (« e-books ») pour les enfants, qui contiennent souvent des images et sont disponibles au téléchargement payant pour quelques euros.

Mais là aussi: il y a du danger. Car certaines histoires du soir sont très laides (on trouve par exemple une histoire de sorcières qui vont dans le village voisin en mobylette pour faire des plaisanteries douteuses). Donc, quelle sorte d'histoire du soir voulez-vous ?

D’autres sites proposent des formules d’abonnements ou de payer à l’histoire. Il existe également des supports gratuits, dont la qualité est variée.

Quoiqu'il en soit, prenez le temps de lire l’histoire en ligne avant de la raconter à votre enfant, cela vous évitera des mauvaises surprises.

N’importe quel moteur de recherche vous proposera pléthore de liens si vous effectuez la requête « histoire en ligne ». Essayez, vous sélectionnerez vite vos sites favoris et vous y reviendrez sûrement.

Conclusion: abonnez-vous ci-dessous pour recevoir des histoires de qualité ! ce site est le n°1 du point de vue de la beauté et de l'équilibre à donner à l'enfant et vous propose une histoire du soir chaque soir que vous recevez directement sur votre téléphone.

Car la lecture est indispensable, pour tous, y compris du point de vue de la santé !

histoire en ligne 2

Histoire pour enfant Au temps de la préhistoire, Partie II

Préhistoire - Histoire pour enfant, Partie II

Touk et Boga sont tombés dans un piège, ils n’arrivent pas à en sortir. Qui viendra à leur secours ? Des guerriers s'approchent, un homme se penche au-dessus de la fosse où ils sont tombés.

– Touk ! Boga ! mais que faites-vous ici ?

C’est le chef Faro ! ils sont sauvés !

Les hommes descendent une longue branche dans la fosse. Boga s’accroche solidement et il est hissé hors du piège. Puis, c’est le tour de Touk. Les garçons s’avancent devant les hommes, confus, la tête basse.  Faro dit de sa voix sévère.

ours– Vous avez encore préféré vos jeux et votre amusement au travail qui vous a été demandé. Que vouliez-vous faire aussi loin du campement ? N’avez-vous pas entendu hier mon avertissement : les ours se réveillent de leur sommeil d’hiver et ils sont dangereux !
– Nous voulions voir un mammouth, dit Boga d’une petite voix timide.
– Un mammouth ! répond Faro. Vous saviez bien pourtant qu’il y en a très peu. Il vous est défendu de vous éloigner.

Les garçons ne répondent rien, ils savent bien qu’ils ont fait une grosse bêtise.

– Vous auriez pu mourir, seuls dans ce trou ! reprend le chef. Je pense que vous avez été assez punis par la peur. Mais demain, vous devrez travailler deux fois plus, pour compenser ce que vous n’avez pas fait aujourd’hui.

Ils se mettent en marche. Touk les suit en boîtant, clopin-clopant, mais il souffre trop. Un homme le porte sur son dos. Quelle humiliation pour le garçon, d'être porté comme un enfant !

Le retour leur paraît interminable, mais voici au loin le campement.

Miti s’avance, très inquiète.

– Enfin vous voilà ! Que s’est-il passé ? Et ton pied, Touk, tu t’es fait mal ?

Faro prend la parole :

– Ils ont désobéi et mis leur vie en danger, simplement pour s’amuser. Leur a-t-on commandé d'y aller ? L'enfant obéit à ceux qui l'élèvent, comme l'Homme obéit à mère nature qui le conduit. Ils devront racheter leur faute… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu, en haut à droite. 

1 2 3 21