Alexandre le Grand raconté aux enfants- Partie 3: Tyr, la bataille sur l’eau

siege_tyr

La situation d'Alexandre reste périlleuse. Un des meilleurs officiers perses, Nabarzanès s'est retiré avec d'importantes forces de cavalerie en Cappadoce et recrute de nouvelles troupes. Il existe un danger réel sur les arrières d'Alexandre et ses lignes d'approvisionnement en Asie mineure.

Et on apprend que Darius lève une nouvelle armée. Enfin, autre danger, la flotte perse est en mer Égée. La maîtrise de la côte est indispensable pour Alexandre. C’est pourquoi, délaissant la poursuite de Darius III, il va vers le nord de la Phénicie tandis que Parménion est envoyé sur Damas où il s’empare des bagages de Darius, richement pourvus. Il tombe sur des trésors.

La contre-offensive perse aura lieu en 332.

En attendant, alors qu’Alexandre est à Sidon, des négociations s’engagent avec le roi de Tyr, une grande ville qui souhaite rester neutre dans le conflit. Alexandre fait envoyer un messager :

­— Le roi de Macédoine, Alexandre, désire offrir un sacrifice dans le temple de Tyr.
— C’est un piège, il en profitera pour nous envahir ! déclarent les Tyriens.

Faire entrer Alexandre en vainqueur dans le temple, c’est lui donner pouvoir sur la cité.

Pour Alexandre, il ne lui sert à rien de tenir la côte phénicienne si la ville de Tyr, avec ses deux ports, reste en dehors de son contrôle. C’est pourquoi il commence le long siège de la ville. La ville neuve est sur une île qu’Alexandre compte atteindre en construisant une digue, avec les débris de la vieille ville, une digue de 60 m de long. La construction commence mais les difficultés apparaissent quand la digue atteint des eaux plus profondes. Les Tyriens effectuent des raids meurtriers avec leurs navires.

Alexandre cependant a un atout. En tenant les autres cités phéniciennes, il oblige la flotte perse à défendre plusieurs points à la fois, elle est dispersée. Les rois de Sidon, d’Aratos et de Chypre offrent des navires à Alexandre qui peut constituer une flotte suffisante pour le siège de la ville, avec une centaine de bateaux. Après un raid d’une dizaine de jours pour soumettre les populations des montagnes du Liban, il constate que sa nouvelle flotte est prête et apprend l’arrivée d’un renfort de 4.000 mercenaires. Attaquée par terre, isolée par mer, la cité de Tyr résiste jusqu’au mois d’août... La version en audio et la suite vous intéressent ? Ce sera dans votre abonnement (cliquez ici).   Abonnés, connectez-vous dans le menu.

Alexandre de Macédoine et le nœud gordien. L'anecdote fut si célèbre qu'elle demeura vivace durant toute l'Histoire. Aujourd'hui encore, le nœud gordien fait encore parler de lui pour désigner tantôt un problème inextricable, tantôt (et plus justement) une difficulté apparemment insurmontable qui en fait pourrait être résolue que d'un seul coup.

Orth.: Ecrire nœud gordien plutôt que noeud gordien.
On trouve sur internet écrit plus souvent noeud gordien que nœud gordien. noeud gordien est dû au fait le plus souvent que le clavier ne permet pas de faire automatiquement l'e dans l'o (œ). Mais le menu contextuel vous permet de corriger la mauvaise orthographe noeud gordien grâce au souligné rouge qui apparaît. Effectuez un clic droit et modifiez.

(1) comment

Add Your Reply
>
error: Contenu protégé par la loi