Aliénor d’Aquitaine racontée aux enfants. La reine aux deux couronnes

medieval

      En ce jour de l’été 1137, c’est grande liesse dans tout le royaume de France. Les cloches de la cathédrale de Bordeaux sonnent à la volée. Dans le chœur de l’église, deux trônes drapés de velours ont été installés.

Cathédrale de Bordeaux Aliénor d’Aquitaine racontée aux enfants. La reine aux deux couronnes http://lariphotos.free.fr/panosbordeaux.htm

Cathédrale de Bordeaux (photo Lucien Lari)

Le prince Louis, futur roi de France, épouse la belle Aliénor, duchesse d’Aquitaine. Les jeunes mariés écoutent la messe. L’encens précieux monte sous les voutes de l'immense église pour purifier l'air. La foule des grands, barons et chevaliers, les acclame. Le peuple est massé dans les rues, et lance des cris de joie. Aliénor sourit avec grâce. Elle a quinze ans, et lui seize ans, ce qui, à cette époque, en fait déjà des adultes.

PROVINS+01+Beaute+Paysages+Belle+France++Memoire+de+France+Guy+Peinturier Aliénor d’Aquitaine

Beauté des paysages français. Les murailles de Provins.

Aliénor repense à son enfance emplie de soleil, de gaieté, de poésie, de fêtes. Son grand-père, le duc Guillaume d’Aquitaine, était surnommé le Troubadour. Poète lui-même, il a accueilli à sa cour de nombreux troubadours, trouvères, et musiciens. Aliénor a grandi au son des luths et des tambourins, des chansons célébrant les preux chevaliers, qui combattaient pour l’amour de leur dame.

La cour du roi de France, à Paris, est très différente, raconte-t-on. Aliénor est bien décidée à y apporter la joie de vivre et la poésie.

Assis auprès de son épouse, le prince Louis est plus songeur. Il n’a pas été élevé pour régner : son frère aîné Philippe aurait dû être roi. Hélas, il est mort d’une chute de cheval, six ans auparavant. Louis a dû quitter ses chères études à l’abbaye de Saint-Denis et renoncer à la vie pieuse et tranquille des moines.

Louis VII à Vezelay Aliénor d’Aquitaine

Louis VII à Vézelay

Louis sait que ce mariage avec la jeune duchesse d’Aquitaine est une grande chance pour le royaume de France. Il faut savoir qu’à cette époque, le roi de France règne seulement sur un tout petit territoire, le Domaine Royal : Paris, Orléans, ce qu’on appelle l’Ile-de-France. Tandis que la Normandie, l’Anjou, l’Aquitaine, la Bretagne, la Provence, la Vendée, toutes ces belles régions de notre pays appartiennent à des grands seigneurs. Ils sont vassaux du roi de France, ce qui veut dire qu’ils lui ont juré fidélité et obéissance. Mais ils sont bien plus riches et plus puissants que le roi, et entendent bien rester maîtres chez eux.

Couronnement Louis VII

Couronnement de Louis VII

Ainsi, en épousant Aliénor, l’héritière du duché d’Aquitaine, le futur roi de France agrandit beaucoup son domaine.

Au cours d’un banquet célébrant leur mariage, à Poitiers, l’abbé Suger s’approche de Louis. C’est le sage et fidèle conseiller du roi Louis VII. En pliant le genou, il s’incline :
— Sire, une triste nouvelle.
— Laquelle, mon bon abbé ?
— Votre père vient de rendre son âme à Dieu.
— Comment ? Le roi reste abasourdi. Mon père, mort ?
— Oui, Sire, hélas.
— Que Dieu me vienne en aide ! répond Louis. Hâtons-nous de rentrer à Paris.

Suger

L'abbé Suger

Voilà Aliénor reine de France. Elle est jeune, vive et même impulsive. Elle déplaît assez vite à la cour de France, elle est critiquée pour sa conduite et ses tenues jugées indécentes, tout comme ses suivantes. Ses goûts luxueux étonnent car elle fait créer des ateliers de tapisserie et achète beaucoup de bijoux et de robes. Les troubadours qu’elle fait venir ne plaisent pas toujours : l'un d'eux est renvoyé de la cour pour avoir chanté son amour pour la reine.

Sans toujours réfléchir suffisamment, elle entraîne son mari dans des actions qui sont contraires au bien du… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

(1) comment

Add Your Reply
>
error: Contenu protégé par la loi