Anne Comnène de Byzance racontée aux enfants

Byzantine-Constantinople

CONSTANTINOPLE_4 Anne Comnène de Byzance

Il y a de cela mille ans, un jour de décembre 1083, les cloches des églises de Constantinople se mirent à sonner joyeusement : une petite fille était née au palais. Son père, l’empereur Alexis et sa mère, l’impératrice Irène, règnent sur le vaste et riche Empire byzantin. Qu’est-ce que l’Empire byzantin ? C’était l’Empire romain de l’Est, car celui de l’Ouest avait disparu. L’empire romain avait continué d’exister, mais seulement à l’est de l’Europe.

Trois jours avant la naissance du bébé donc, sa mère sentit que le jour était proche. Elle avait fait le signe de croix sur son ventre en disant : « Attends encore, petit enfant, jusqu’au retour de ton père. » La mère d’Irène lui fit un reproche : « Et si ton mari ne revient que dans un mois ? Comment feras-tu d’ici là pour attendre la naissance ? »

Pourtant, le bébé obéit : trois jours après, Alexis rentrait dans sa capitale à temps pour recevoir sa fille dans ses bras. C’est de cette façon merveilleuse qu’entra dans le monde Anne Comnène, l’une des plus célèbres princesses de la cour de Byzance, capitale de l’Empire.

1_constantinople_vue_aerienne_002

A cette époque, l’empire était attaqué de toutes parts. Les envahisseurs hongrois avaient passé le fleuve Danube, les Turcs s’emparaient des provinces d’Asie et les Normands avaient envahi l’Italie. Pourtant, la venue au monde de la petite fille fut fêtée dans la joie par tout le peuple byzantin. On plaça sur la tête de la petite princesse le diadème impérial.

Diadème byzantin Anne Comnène de Byzance

Un diadème byzantin

Elle était l’héritière, la future impératrice. Ainsi, dès son plus jeune âge, Anne Comnène put rêver qu’elle règnerait un jour.

Byzantine-Constantinople

Constantinople, face au palais

Très vite, on pensa à son mariage. On chercha une alliance avec une grande famille.

— Le jeune Constantin Doukas appartient à une famille puissante, qui a régné sur Byzance, qu'en pensez-vous, mon mari ? suggéra l’impératrice Irène.
— Je suis d’accord, ma reine, acquiesça l’empereur, il semble un bon parti pour notre fille Anne.

Pièce à l'effigie de Constantin Doukas

Pièce à l'effigie de Constantin Doukas

Ainsi, la princesse fut fiancée à Constantin, qui avait neuf ans de plus qu’elle. Comme le voulait la coutume de ce temps-là, Anne partit … La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

>
error: Contenu protégé par la loi