Bataille en mer

Vaisseaux XVIIIème

Bataille en mer

conte marin

Cela se passait en mer, au large des côtes bretonnes. Un bateau anglais suivait un navire français à moins de deux encablures, c'est-à-dire deux longueurs de câble, soit environ 370 mètres. L’Anglais, c’était l’ennemi, l’éternel ennemi qui attaquait souvent les navires français ou espagnols, même si leurs pays étaient en paix.

Vaisseaux XVIIIème 2 EN MER

En temps normal, le navire français aurait facilement semé son poursuivant, car il était mieux construit, je veux dire, mieux bâti, ce qui est plus juste en parlant d’un bateau. Il était plus léger, plus fin et plus rapide que le vaisseau anglais ; mais son chargement important, le bois précieux surtout, le ralentissait, il était enfoncé dans la mer et avançait mollement.

— Bordez le gui, la barre en dessous ! Changez derrière, faites route bâbord amures.

Voilà quels ordres on entendait à bord du vaisseau français. On utilisait beaucoup de mots, à cette époque-là, car chaque pièce d’un bateau avait un nom, ainsi que chaque geste.

Mais ce qui préoccupait les marins français, à ce moment-là, c’était la crainte d'être faits prisonniers. Les Anglais étaient assez impitoyables et pouvaient envoyer les matelots français dans un pays lointain… La suite vous intéresse ? Ce sera dans votre abonnement (cliquez ici) Abonnés, connectez-vous dans le menu.

(2) comments

Add Your Reply
>
error: Contenu protégé par la loi