Vaisseaux XVIIIème

Bataille en Mer conte pour enfant

7  comments

conte marin

bataille en merLe bateau anglais suivait le Français à moins de deux encablures, c'est-à-dire deux longueurs de câble, ou encore deux dixièmes de mille, soit environ 370 mètres. En temps normal, le navire français aurait facilement semé son poursuivant, il était plus rapide que le vaisseau anglais ; mais son chargement important, le bois précieux surtout, le ralentissait, il était enfoncé dans la mer et avançait mollement.

— Bordez le gui, la barre en dessous ! Changez derrière, faites route bâbord amures.

On utilisait beaucoup de mots, à cette époque-là, car chaque pièce des navires et chaque manœuvre avait un nom. Mais ce n’est pas ce qui préoccupait les marins, à ce moment-là. Les Français voulaient éviter d’être faits prisonniers. Les Anglais étaient assez impitoyables.
Les embruns fouettaient le visage, le bateau embarquait des paquets de mer qui tourbillonnaient autour des écoutilles et des trappes, des vagues semblaient vouloir s’échapper en se bousculant sur le plat-bord. Il y avait de la houle.
Là-bas, à l’arrière du navire, l’officier de quart avait veillé à la barre, on l’avait remplacé lorsqu’on avait signalé le navire ennemi. L’homme qui tenait la barre avait des cils et des moustaches qui pleuraient, tout était trempé.
L’équipage du navire anglais bordait les voiles, il les tendait, jusqu’aux voiles d’étai. Le vaisseau comblait son retard en plongeant violemment dans le creux des vagues, tenant bien son roulis, sans embarquer trop de mer en proue, sans que les vagues le retournent complètement.
Dans les cales françaises, on ajoutait

La version en audio et la suite  vous intéressent ? Ce sera dans votre abonnement (cliquez ici).   Abonnés, connectez-vous dans le menu.

About the author 

Max Montgomery

Max Montgomery, auteur du roman "Reinhardt Tarkand", a écrit des milliers de pages pour les enfants. Collectionneur de parcours, c'est un éducateur, un aventurier polyglotte. Père de 10 enfants, il se lance dans l'aventure de l'écriture en ligne et construit plusieurs sites populaires.

You may also like

La chanson de Roland : Partie 2

L’invention de la mongolfière

La chanson de Roland : Partie 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked

  1. J’étais certain qu’un combat naval allait plaire à mon fils : il n’a vraiment pas été déçu, et a beaucoup apprécié l’acte honorable du capitaine français.

  2. commentaire des enfants: ils avaient de la miséricorde pour leur adversaires et de belles valeurs, le commandant était un bon stratège.super histoire.

  3. Bonsoir max, ça me penser à pirate des caraïbes , le vocabulaire marin était compliqué mais l’histoire était super ! llian

    1. Oui, le vocabulaire était compliqué dans cette histoire, j’ai fait exprès car nous devons comprendre qu’autrefois, chaque métier avait une quantité de mots pour beaucoup disparus. Cela donne envie de s’y intéresser. Ainsi, le mot bateau est de la famille de bâtir, ce qui signifie qu’un bateau est érigé au-dessus de l’eau, contrairement à un radeau. C’est aussi de la famille de bât, ce qui charge la bête de somme. Tu peux noter qu’il y avait un accent circonflexe sur bâteau.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Subscribe to our newsletter now!

>