Deux larmes conte pour enfants

6  comments

Deux larmes. Il était une fois une petite fille douce et jolie, appelée Aline. Sa maman et son papa l’aimaient passionnément. Elle avait beaucoup de joie, une joie que sa maman lui avait donnée, et jamais elle ne voyait les choses en noir. Elle n’était jamais triste, jamais en colère non plus.

Ses parents l’emmenaient souvent au bord de la mer. Hélas, sa maman tomba malade. Sa santé diminua de jour en jour. Finalement, une nuit, on appela Aline car sa maman était mourante. Son père était là ainsi que la gouvernante, une bonne dame qui aidait dans la maison. Aline trouva que sa maman était très pâle. La fillette lui toucha la main. Elle était un peu froide. Sa maman ouvrit les yeux et lui sourit, tout plein d’amour dans les yeux.

— Ma petite chérie, tu es là. Maman ne va pas bien du tout, tu sais. Peut-être que cette nuit, j’irai au ciel.

— Pourquoi, maman ? demanda Aline qui ne comprenait pas très bien, et dont les yeux se remplissaient de larmes.

Sa maman lui répondit :

— Je serai toujours là, près de toi. Je veillerai sur toi et papa.

Elle ferma les yeux un instant, puis elle dit :

— Je voudrais te demander quelque chose : un jour, papa va se remarier…

Le papa d’Aline s’approcha en disant :

— Chérie…

Mais la maman leva faiblement la main et poursuivit :

— C’est très important… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

 

Une autre version de cette histoire existe sur roman-livre, ici.

(typologie google / où il est question pour la première fois de deux larmes qui deviennent des perles, histoire souvent reprise sur le net et dans la littérature. Bien des personnages de l'Histoire ont eu l'occasion de laisser couler bien davantage que deux larmes, y compris des aveugles. Il était une fois une petite fille douce et jolie, appelée Aline. Sa maman et son papa l’aimaient passionnément. Un jour, de ses yeux coulèrent deux larmes)

About the author 

Max Montgomery

Max Montgomery, auteur du roman "Reinhardt Tarkand", a écrit des milliers de pages pour les enfants. Collectionneur de parcours, c'est un éducateur, un aventurier polyglotte. Père de 10 enfants, il se lance dans l'aventure de l'écriture en ligne et construit plusieurs sites populaires.

You may also like

La chanson de Roland : Partie 2

L’invention de la mongolfière

La chanson de Roland : Partie 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked

  1. On aime toutes vos histoires, Christophe Colomb, Archimède…. MERCI. Comptez sous moi pour que le plus d’enfants possible puissent les connaître.

  2. C’est trop triste a lire avant de dormir. L’histoire a un enorme pourcentage de tristesse pour une fin joyeuse trop courte, qui me rappelle cendrillon… Je garde l’histoire a lire en journee, un jour… je suis d’accord que la vie est faite de joie et de peine, mais se laisser faire, voir mourir son pere en attendant le prince charmant c’est meme limite sexiste… je me permets de le dire car en general j’aime bien ce que vous ecrivez max. J’attends avec hate la prochaine histoire :-)

    1. La richesse de la vie, ce n’est pas un ton monocorde, chère Sandrine. Voilà pourquoi les contes de jadis portaient aussi ces drames. Et voir quelqu’un mourir n’a rien de sexiste, rassurez-vous. Ce serait embêtant.

  3. Bonjour,
    Mes deux enfants étaient en pleurs en écoutant cette histoire. Il faut avouer que c’est une succession d’épreuves très douloureuses. Serait-il possible d’avoir plus d’histoires rigolotes qui allègent le cœur plutôt que de l’alourdir?
    Cordialement,
    PM

    1. Oui Pascale, bien sûr. La vie est une succession de joies et de tristesses qui construisent. Cette histoire se termine bien heureusement. Les choses graves donnent un sens des choses importantes. Mais nous aurons l’occasion de rire aussi et de chanter.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Subscribe to our newsletter now!

>