doze-elisabeth

Elisabeth de Hongrie racontée aux enfants

3  comments

Au parent : cette lecture demandera d'aller lentement et de dire le texte distinctement.

Il était une fois un puissant seigneur. Il s’appelait Hermann.

— Monseigneur, lui dit-on, le roi de Hongrie a eu une fille.

— Une fille ? Alors, je vous le dis, moi, Hermann, duc de Thuringe et de Hesse, je la demanderai pour épouse de mon fils !

C’était en 1207.

Le jeune garçon allemand que son père voulait marier à la princesse royale, c’était Louis, que sa mère Sophie, princesse de Bavière, avait mis au monde sept ans auparavant. La petite fille, c’était Elisabeth de Hongrie.

Le roi de Hongrie, André II, ne voulut pas refuser une alliance si glorieuse avec un duc allemand, qu'on appelait un landgrave, aussi puissant; si bien qu’en 1211, la petite Elisabeth, qu’une ambassade avait été chercher avec la pompe et le faste mérité, quitta sa famille. Elle ne devait jamais la revoir.

Elle prit la route sous la conduite du sire Gauthier de Varila et arriva au château de la Wartburg, où elle fut reçue par le duc avec une grande joie et une grande affection.

On éleva la jeune personne aux côtés de son fiancé, Louis. Les deux enfants s’unirent dès lors d’un amour aussi tendre que pur ; ils s’appelaient frère et sœur, et toute leur vie se conservèrent mutuellement ces noms qui symbolisaient parfaitement la sainteté de leurs sentiments. Louis était doué des qualités physiques et morales les plus attachantes ; Elisabeth, à une grande beauté, joignait la délicatesse exquise d’une âme qui resta toujours enfantine par sa naïveté charmante et ses chants joyeux, mais était en même temps d’une âme fortement trempée et généreuse jusqu’à s’oublier entièrement. Tant de dons précieux, en l’un et en l’autre, n’étaient rien auprès de leur foi profonde, de leur ardente piété, de leur charité merveilleuse pour Dieu et pour les pauvres.

Elisabeth de Hongrie sur https://lhistoiredusoir.com/

La charité, ce fut la caractéristique d’Elisabeth surtout : envers Dieu, elle la manifestait par… La suite vous intéresse ? Ce sera dans votre abonnement (cliquez ici) Abonnés, connectez-vous dans le menu.

Vous aimerez aussi

La chanson de Roland : Partie 2

L’invention de la mongolfière

La chanson de Roland : Partie 1

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked

  1. C’est une histoire poignante qui donne les larmes aux yeux, cette jeune femme avait une âme pure.
    Son cœur et son esprit étaient débarrassés de toutes souillures de la chair. Elle ne vivait que pour son amour et nourrissait sa relation avec Dieu, malgré sa grande affection pour son mari et ses enfants. Elle vivait une vie de sacrifice, et d’abnégation. La richesse n’avait aucune valeur, seule les sentiments comptaient.
    Quel exemple pour tous ceux qui se trouvent “amis de l’argent, ingrats, sans amour du bien, sans fidélité, amis des plaisirs plutôt qu’ami de Dieu”.
    Sa vie m’a profondément touché. J’en suis bouleversée!
    Catherine

  2. Très belle hagiographie d’une Sainte peu connue. Plusieurs siècles plus tard, le récit de la vie d’Elisabeth de Hongrie parvient encore à nous émouvoir grâce à sa charité.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
__CONFIG_colors_palette__{"active_palette":0,"config":{"colors":{"62516":{"name":"Main Accent","parent":-1}},"gradients":[]},"palettes":[{"name":"Default Palette","value":{"colors":{"62516":{"val":"var(--tcb-skin-color-0)"}},"gradients":[]}}]}__CONFIG_colors_palette__
Abonner ma famille
>