Fouquet et le château de Vaux-le-Vicomte racontés aux enfants

Vaux-le-Vicomte_Front
0_Maincy_-_Château_de_Vaux-le-Vicomte_(2) Fouquet et le château de Vaux-le-Vicomte

Le château de Vaux-le-Vicomte, créé par Fouquet

        Au début du XVIIe siècle, à l'est de Paris, un petit château se dresse au confluent de deux petites rivières. Cette demeure s'appelle Vaux le Vicomte. En 1641, un jeune homme de 26 ans, Nicolas Fouquet, fils de riches marchands de draps, acheta ce fief.

Nicolas a eu 11 frères et sœurs : les six filles devinrent religieuses et cinq garçons furent prêtres ou religieux. Seul Nicolas resta laïc, il ne devint pas religieux. Il fut avocat.

— Mon fils, vous avez observé que notre notre blason représente un écureuil. Savez-vous pourquoi ?

— Parce que l’écureuil cache sa nourriture !

— Par exemple, nous n'avons rien à cacher ! Non, c'est que l'écureuil ne peut que grimper vers le sommet ! Tous mes espoirs reposent sur vous, maintenant. Je vous offre une charge de maître des requêtes de l'Hôtel. Mais ce n'est pas tout, je vous offre également une part dans la Compagnie des îles d'Amérique, afin que vous soyez nanti.

— C'est-à-dire, père, que vous m'enrichissez ! Je ne peux que vous remercier. Vous êtes bien généreux. Je ne vous décevrai pas.

— Grâce à moi, vous accompagnerez le Roi à la messe et pourrez vous tenir près de son prie-Dieu. Vous recevrez des lettres remplies de suppliques et de demandes, nous les appelons les placets.  Et puis, vous recevrez toutes sortes de suppliques de gens cherchant à atteindre le roi par votre entremise. Vous serez ainsi influent, car j'ai jugé que vous en étiez digne. Vous perpétuerez mon nom, je l'espère, avec la plus insigne dignité, n'est-ce pas ?

— Je m'y attacherai de tout mon cœur, père !

De ce jour, la vie de Nicolas fut bouleversée. Il prit part aux séances à la comédie, aux bals et aux festins. Il découvrit la vie à la Cour du Roi. Rien de tel pour donner le vertige à un si jeune homme !

Mais un événement tragique le ramène à ses racines. Il n'a pas suffisamment eu le temps de rentrer auprès de ses parents que son père, François, va mourir. Nicolas accourt à son chevet.

— Mon fils, avant de quitter ce monde pour toujours, je te demande une faveur. Une seule. Un homme tel que toi doit maintenant se marier et fonder une famille. Il est temps.
— Père, sur ce point, eh bien... j'ai la plus heureuse des nouvelles à vous partager.
— Est-ce vrai, mon fils ? Qui est-elle ?
— Louise. Louise Fourché sera ma femme si cela vous convient.
— Est-elle de bonne famille et a-t-elle du bien ?
— Oui, père, dit Nicolas qui savait que ces questions étaient importantes pour son père. Elle est riche héritière du maire de Nantes et fille de parlementaire.
— J'en suis heureux, souffle son père, j'en suis très heureux, et il ferme les yeux.

Nicolas ne peut faire meilleur choix. Ses noces sont célébrées le 24 janvier 1640 à Nantes. Peu de temps après, le père de Nicolas, rassuré, meurt. De cette union naît une petite fille, Marie. Mais, un nouveau drame terrible arrive. Sa douce épouse succombe alors que leur bébé n'a que 6 mois, elle meurt subitement. Nicolas Fouquet a 26 ans. Le voilà jeune veuf.

Il reprend les activités de son père au sein des différentes compagnies maritimes dans lesquelles la famille détient des parts et il fait aussi l'acquisition de la terre de Vaux, près de Melun et se fait appeler « vicomte de Vaux ». Le terrain est marécageux et la demeure ressemble plus à une vieille bâtisse qu'à un château... qu'importe !

640px-Cardinal_de_Richelieu

Le cardinal de Richelieu

En France, de grands changements s'annoncent : Richelieu, le très grand ministre et protecteur de longue date de la famille Fouquet, vient de mourir. Le cardinal Mazarin prend la suite et devient le nouveau patron de Nicolas.

Mazarin-mignard

Le cardinal de Mazarin

Mazarin fut lui aussi un immense ministre, mais il était peu commode, et il lui mena la vie dure. Durant cette période, Fouquet est intendant de la justice, de la police et des finances de Grenoble. Grâce à Anne d'Autriche, il est nommé en 1647, intendant de l'armée de Picardie, puis intendant à Paris. Louis XIV est alors un tout jeune enfant. C'est cet enfant qui un jour causera la perte de Fouquet.

800px-Louis_XIV_by_Juste_d'Egmont Fouquet et le château de Vaux-le-Vicomte

Louis XIV, au moment du sacre

Un événement marque alors la France et le jeune roi au plus profond : la Fronde. La Fronde est une révolte de nobles qui provoque de graves troubles. C'est parce que le pays doit mener des guerres extérieures et que cet effort nécessite d'accroître les impôts, que commence la révolte des privilégiés. Ceux-ci montent le peuple contre le gouvernement en faisant valoir que le roi et sa cour vivent dans le luxe. Il est certain qu'on profite de la jeunesse du roi et du fait que c'est une femme qui gouverne, Anne d'Autriche, maman de Louis XIV, pour tenter d'impressionner la reine. Mais la reine ou plutôt la régente, qui gouverne à la place du roi en attendant qu'il ait l'âge, est plus fine et plus forte qu'on le pense. C'est en 1648.

Le 2 juillet, les parlementaires imposent à Anne d'Autriche une charte. La régente feint de se soumettre. Mais voilà que son armée remporte à Lens une grande victoire sur les Espagnols. La régente, rassurée sur la situation extérieure, fait arrêter plusieurs parlementaires.

À cette annonce, Paris se soulève au cours d'une «journée des Barricades». La régente feint une nouvelle fois de se soumettre. Elle libère ses prisonniers mais s'enfuit en carrosse… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu, en haut à droite. 

>