Garibaldi raconté aux enfants, le héros national, partie II

Guiseppe Garibaldi's triumphant arrival in Naples

Risorgimento,_Giuseppe_Garibaldi, le héros national, partie IIEn ces années 1848 et 1849, de graves événements survenaient en Europe. Les peuples se révoltaient. En Italie particulièrement, Venise, Milan, et d’autres villes du Nord souhaitaient se libérer de l’Autriche qui possédait presque toute l’Italie.

De retour d’Amérique du Sud, Garibaldi pensait se mettre au service du pape. Débarqué à Nice, il y laissa Anita et ses enfants chez sa mère. Puis, il se présenta au quartier-général à Milan. Le roi l’autorisa à enrôler des volontaires.

— Combien d’hommes sont prêts à me suivre ? demanda Garibaldi.
— On en compte près de 3.000.
— 3.000 ?
— Oui, vous avez du prestige, Garibaldi.

Mais, manque de chance pour lui, la paix fut signée avec les Autrichiens. Il décida donc d’aller combattre à Venise. Il était en route, lorsqu’il apprit que le Pape s’était enfui de Rome. Alors, Garibaldi devint l’ennemi du pape et de l’Eglise. Pourtant, il se dira toujours chrétien. De toute façon, seuls nous intéressent son courage extraordinaire et son sens de l’aventure, si exceptionnels, ils dépassent de beaucoup ses idées révolutionnaires.

Le voilà une fois encore démangé par le désir d’action ! Les Français attaquaient l’Italie et leurs armées marchaient sur Rome.

— Où sont-ils ? demanda Garibaldi à un officier.
— Là-bas, général, sur ces collines. Ces redoutables Français sont très organisés, très bien entraînés, disciplinés. Et ils ont des armes modernes.
— Ils sont surtout nombreux. Je vais voir ce que je peux faire.

L'Etat-major de Garibaldi, le héros national, partie II http://lhistoiredusoir.com

Le 30 avril, 5.000 soldats français tentent d'escalader les murs de Rome.… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

Merci de penser à cliquer sur Like

>
error: Contenu protégé par la loi