Jeannot et Trim, l’attaque

caballero-siclo-xi

2-1-chevalier-fin-xi-25d9810 Jeannot et Trim, l’attaque

Dans l’épisode précédent, des cavaliers francs viennent au village pour prendre Guillaume, le chevalier errant. Mais Eudelin, le chef du village, refuse de le livrer.

 Les cavaliers s’en sont retournés, après avoir promis qu’ils reviendraient.

Guillaume s’approche d’Eudelin et lui dit :

— Allons, chef, le temps est venu. Je vais me livrer.

— Jamais ! s’exclame Eudelin.

Les villageois se sont approchés. Jeannot et Trim sont là, inquiets pour Guillaume, leur ami chevalier. Guillaume dit :

— Entends ce que j’ai à vous dire, Eudelin, hôte noble au cœur pur. Je n’oublierai jamais que des Normands m’ont reçu. Mais le temps de la quiétude est fini pour moi. Et il le sera pour vous tous si vous ne m’écoutez pas. Ces cavaliers que tu as vus, ils t’ont entendu. Et crois-moi, ils ne cesseront jamais de me courir sus. Sais-tu ce qu’ils vont faire ?

— Que vont-ils faire ? s’exclame Jeannot.

— Amis du village, dit Guillaume, ils vont en parler à leurs seigneurs, et ceux-ci iront trouver les vôtres. S’ils s’entendent entre eux, vos chefs normands vous ordonneront eux-mêmes de me livrer, je serai pris et vous paierez. S’ils ne s’entendent pas et que je ne suis pas livré, une guerre commencera entre eux. Alors, vous aurez causé une guerre. Cela ne peut que vous amener troubles, et ennuis, et conscience mauvaise. Il faut que je me livre.

Eudelin s’avance au milieu des villageois.

— Ecoutez-moi, vous tous ! Guillaume est brave, et courageux. Il se livrerait pour nous, pour vous ! Et que lui arriverait-il, si nous le laissions faire ? Il serait fait prisonnier. Il nous a raconté son histoire. Il serait jeté au fond d’un cachot… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

(1) comment

Add Your Reply
>
error: Contenu protégé par la loi