Jeannot et Trim, le château enterré histoire pour enfants

dark-forest

Cet après-midi-là, ils avaient disparu, comme à l’accoutumée, après la lisière touffue du grand bois à la limite du village. Pour attraper des lapins, ils étaient allés loin dans le bois. Ils traversaient des clairières, passaient par des chemins boueux, où ils sautaient à pieds joints pour s’éclabousser. Et comme d’habitude, quand ils avaient trouvé un trou de lapin, ils s’agenouillaient sans bruit pour tendre leur piège : un cercle et une croix de bois avec une ficelle pour faire un nœud coulant. Parfois, un petit lapin avançait ses moustaches dans un rai de lumière et restait là sans bouger, méfiant. Puis il s’en retournait au fond de son tunnel en leur montrant sa queue, une petite boule de poils blancs qui sautillait.

Les deux garçons savaient bien qu’aucun lapin ne se laisserait attraper s’ils restaient là. Ils avaient l’habitude de tendre leurs petits pièges toujours devant les mêmes terriers. Cette fois-là, ils décidèrent d’en tendre un plus loin, dans un talus qu’ils n’avaient jamais remarqué.

forêt du château enterré

En attendant que les lapins se fassent prendre, il ne restait qu’à s’amuser, jouer aux chevaliers, monter sur des troncs d’arbre renversés et se défier du bout de leurs épées, des bâtons en réalité.

— En garde, chevalier Trim, car je vais te transpercer le cœur ! cria Jeannot

— En garde, c’est moi qui vais te transpercer le ventre, fit Trim de sa petite voix aiguë.

— On va voir ça, moustique.

— Pourquoi tu m’appelles moustique ?

— C’est pour faire semblant, c’est dans le jeu.

— Ah ! c’est comme ça ? Très bien, tu l’auras voulu, cafard.

— C’est ce qu’on va voir, ver de terre !

— Moi, un ver de terre ? On va voir qui est un ver de terre !

Et ils jouaient ainsi, sur le tronc d’arbre renversé. Ils tombaient… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). 

>
error: Contenu protégé par la loi