Jeannot et Trim, le village et le chevalier

village normand

Dans l’épisode précédent, Jeannot et Trim croisent, dans la forêt, un chevalier errant qui leur raconte son histoire en échange de quelques champignons. Le chevalier a été condamné injustement, il a quitté son château et son pays, il est parti sur la route.

Le chevalier mange silencieusement les champignons cuits à point sur le feu de bois. Il a interrompu son histoire et semble apprécier ce repas, comme s’il n’avait point mangé depuis plusieurs jours. Puis, il reprend :
« J’avais donc vaincu mon ennemi, grâce à Dieu qui a fait le ciel et la terre. Or, Valbert de Laërce, mon ennemi, que j’avais battu loyalement en duel, refusait de se penser vaincu. Fou de rage, quelques semaines plus tard, il me tendit une embuscade dans la forêt. J’étais avec mon frère Jean et la belle Clotilde qui m’était promise. Nous nous rendions en pèlerinage pour remercier Dieu du bon sort qui avait été le mien.

robindesboislecommando le village et le chevalier

« Mais soudain, des hommes armés se jettent de toutes parts sur le chemin et nous barrent la route. Valbert renverse mon cheval et je chute au sol, empêtré avec le harnais de ma monture. Valbert quant à lui se saisit de Clotilde et l’emporte sur son cheval.

baldung-hans-26 le village et le chevalier

Voilà que mon frère est emmené d’un autre côté. Mon frère d’un côté, ma belle de l’autre. Pendant ce temps, je bataille fort contre gens mauvaises qui sont encore là et les fais enfin fuir. Lors, je ne sais quelle direction choisir. Dois-je secourir mon frère ou ma belle ? J’adresse une courte prière à Dieu et je cours sus à mon ennemi personnel, après ma belle qu’il avait enlevée, parce que mon frère saurait mieux qu’elle se défendre. J’ai rattrapé Clotilde, je l’ai reprise aux mains du jaloux, et j’ai blessé mon rival le seigneur de Laërce, dans un combat mémorable. De sainte colère, je l’assaillais de coups d’épée et de masse d’arme, et ses coups n’avaient pas la vigueur des miens. Je le blessai à la tête, aux jambes, au torse et aux mains. Las, il mit genou au sol et demanda grâce. Je le tenais au bout de mon épée et me demandais si tel félon ne devait pas mieux recommander son âme à Dieu et mourir sous mes coups. Mais il m’implora de si vive force que je lui laissai la vie sauve et le conjurai de ne plus jamais croiser mon chemin, sans quoi je l’occirais, je le tuerais de mes mains.

2010-04-20-09522001_Texte3_doc2 le village et le chevalier
« Il se relève et disparaît en me maudissant, ce qui est chose à ne jamais faire. Au lieu de quitter le pays comme toute âme digne aurait fait, il me va dénoncer au juge en faisant moult mensonges et dédits. Il assura avoir ouï dire que j’avais abandonné mon frère attaqué par des bandits des forêts, il dit qu’on n’avait pas revu mon frère et que sûrement il avait été occis par des bandits. On partit à la recherche de mon frère et on le trouva mort dans les bois, hélas, dépouillé de tous ses biens. Sans nul doute, c'est Valbert de Laërce qui en était responsable, puisqu’il avait engagé ces gueux et qu’il avait appris d'eux que mon frère était mort. Mais j’ignorais qu’il avait parlé au juge, je ne savais qu’une chose : mon frère avait disparu. Nous fîmes une battue dans la forêt et je retrouvait Jean, mort. sunLorsque je suis revenu au château, portant sa dépouille encore tiède dans mes bras, des gens d’armes étaient là. Je déposai Jean sur la grande table de la salle d’arme du château, et ces gens me firent aussitôt prisonnier pour m’emmener juger. Or, un chevalier coupable d’avoir abandonné son frère et de l’avoir laissé mourir sans lui porter secours, coupable de telle vile faute…
Le chevalier eut un sanglot dans la voix et s’interrompit.
— Que se passe-t-il, messire Guillaume, lorsque un chevalier fait telle faute ? demande Jeannot.
— ...il

doit être proclamé indigne d’être chevalier. Je suis désormais chevalier déchu et errant. Valbert m’a pris mes biens, mon château, ainsi que ma belle qui lui a été donnée … La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

(1) comment

Add Your Reply
>
error: Contenu protégé par la loi