La terrible histoire de Frédégonde et Brunehaut racontée aux enfants

Emmanuel_Herman_Joseph_Wallet_-_Frédégonde donne un ordre
Brunehaut histoire de Frédégonde et Brunehaut

Brunehaut

Cette histoire se passe au temps des rois francs. Il y avait alors plusieurs royaumes en France et ces rois se menaient des guerres. Il y avait alors deux femmes ennemies. Elles se haïssaient violemment. La première s’appelait Brunehaut, l’autre Frédégonde.

Brunehaut était une belle princesse. Elle avait été élevée en Romaine. A vingt ans, elle épousa le roi d’Austrasie, Sigebert.

Carte de la Gaule

histoire de Frédégonde et Brunehaut. Sigebert épouse Brunehaut

Sigebert épouse Brunehaut

Chilpéric, le frère de Sigebert, était roi de Neustrie. Sa reine, Andovère, avait pour servante Frédégonde, une femme follement ambitieuse. Un jour, la reine Andovère eut une fille. Lors du baptême, Frédégonde s’arrangea pour éloigner la marraine. Puis, avec une grande fourberie, elle déclara à la reine Andovère :

fredegonde

Frédégonde

— Madame, puisque la marraine se trouve empêchée de venir, vous seule êtes digne de la remplacer. Soyez la marraine de votre enfant.

La reine, un peu naïvement, accepta. Or, selon la coutume de ce temps, le père d’un enfant était interdit de vivre avec la marraine de son enfant. Quand le roi revint de guerre, Frédégonde alla à sa rencontre :

— Sire... une fâcheuse nouvelle.
— Quoi donc ? s’exclama le roi.
— La reine votre épouse est maintenant aussi la marraine de votre fille… Vous ne pouvez plus vivre avec elle, elle ne peut plus être votre femme !
— Hélas, Andovère était bien bonne dame. Alors, ordonna Chilpéric, qu’elle soit enfermée dans un couvent.

Voilà comment Frédégonde s’y prit pour écarter la reine sa rivale. Ensuite, Frédégonde sut se faire aimer du roi et Chilpéric voulut l’épouser. Mais elle n’était qu’une servante et ne pouvait être reine, elle n'en avait ni la grâce, ni l'éducation.

Le roi Chilpéric voulut une épouse royale.

— Moi aussi, je veux épouser une princesse, comme mon frère !
— Sire, lui suggéra-t-on, épousez donc Galswinthe, qui est de royale naissance et sans mari.

Ainsi fit-il. Mais Frédégonde, ayant été presque reine, en fut folle de jalousie. Elle s'était presque assise sur le trône royale, elle avait presque eu la couronne sur sa tête. Aussi en fut-elle emplie de haine pour la nouvelle reine Galswinthe. Et elle fit tant et si bien, ou plutôt tant et si mal, que le roi finit par … La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

>
error: Contenu protégé par la loi