Emmanuel_Herman_Joseph_Wallet_-_Frédégonde donne un ordre

La terrifiante histoire de Frédégonde et Brunehaut racontée aux enfants

2  comments

Brunehaut histoire de Frédégonde et Brunehaut
Brunehaut

Du temps des luttes sanglantes des royautés franques, vivaient deux femmes ennemies, ennemies à se rendre folles. C'était au sixième siècle. Jamais sans doute deux femmes ne tentèrent de se faire autant de mal. J'ai hésité à te les raconter, à vrai dire. C'est une histoire de reines et de reines dures, cruelles même. Il y en eut d'autres, mais ces deux-là sont vraiment à part. C'est une histoire de guerre entre femmes. Prépare-toi à claquer des dents.

La première s’appelait Brunehaut, l’autre Frédégonde.

Brunehaut était belle, gracieuse. Elle devint l'épouse du roi Sigebert. Sigebert était roi de la Germanie gauloise, qu'on appelait l’Austrasie.

histoire de Frédégonde et Brunehaut. Sigebert épouse Brunehaut
Sigebert épouse Brunehaut
fredegonde
Frédégonde

Frédégonde, elle, était la servante d'une autre reine qui s'appelait Andovère, femme du roi Chilpéric.

Un jour, Andovère eut une fille. Lors du baptême, Frédégonde convainquit la reine d’être elle-même marraine de sa fille.
— Pourquoi ne seriez-vous pas vous-même la marraine de votre enfant, après tout ?
— Crois-tu ? En effet, puisqu'il en faut une, et que celle que j'ai nommée ne vient pas, je pourrais être celle-là.
— Assurément, ô ma reine. Un tel enfant, si beau, ne mérite pas moins qu'une marraine qui soit reine.

Ce qu'elle ne dit pas, c'est que c'est elle, Frédégonde, qui avait empêché la marraine de se rende à la cérémonie. Ce fut donc la reine. Or, selon la coutume de ce temps, le roi ne pouvait vivre avec la marraine de son enfant.

Une fois que la cérémonie fut faite, la servante Frédégonde alla sur la route au-devant du roi qui revenait de guerre pour le lui dire.

— La reine est la marraine de votre enfant. Vous n'avez plus le droit de vivre avec elle.
— Comment ? Mais comment cela se fait-il ?
— C'était le désir de la Reine, ô roi.

histoire de Frédégonde et Brunehaut : Galswinthe étranglée dans son lit
Galswinthe étranglée dans son lit

Aussi la reine fut-elle enfermée dans un couvent. Frédégonde la remplaça. Mais elle n'était pas encore la femme du roi ni sa reine. Or, le roi voulait une épouse royale, et il pensa à Galswinthe. Il se trouve que cette Galswinthe était la sœur de Brunehaut. C'est ainsi que les deux femmes se croisèrent. Tout d'abord, Frédégonde, jalouse, poussa le roi à repousser Galswinthe, et la malheureuse fut écartée. Ensuite, Frédégonde la fit étrangler dans son lit. Incroyable et monstrueux, non ?

Galswinthe étranglée dans son lit (peinture par Philastre)

La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

Vous aimerez aussi

La chanson de Roland : Partie 2

L’invention de la mongolfière

La chanson de Roland : Partie 1

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked

  1. Terrifiante, en effet !
    Jusqu’à ses propres enfants : “des rivaux”, avec un coffre à bijoux, ce n’est pas banal comme choix d’arme de crime.
    Belle comparaison avec les marâtres des contes que nous connaissons bien.

  2. Terrifiante et édifiante histoire pour mes enfants, leur montrant les excès du pouvoir, de l’avidité, de la jalousie, etc. Il est bon de leur montrer parfois des contre-exemples.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
__CONFIG_colors_palette__{"active_palette":0,"config":{"colors":{"62516":{"name":"Main Accent","parent":-1}},"gradients":[]},"palettes":[{"name":"Default Palette","value":{"colors":{"62516":{"val":"var(--tcb-skin-color-0)"}},"gradients":[]}}]}__CONFIG_colors_palette__
Abonner ma famille
>