La Troisième Guerre punique racontée aux enfants : la fin de Carthage

carthage

La Troisième Guerre punique

« Delenda est Carthago », il faut détruire Carthage ! Voilà comment le sénateur Caton l’Ancien conclue invariablement ses discours. Pendant un an, les sénateurs romains entendent cette exhortation. Cela se passe en 150 avant Jésus Christ.

Mais beaucoup d’entre eux ne sont pas d’accord avec Caton.

— Détruire, encore détruire ! Rome ne peut-elle bâtir ? Ne peut-elle d’abord bâtir la paix ? Carthage a été battue à Zama lors de la deuxième guerre punique et les conditions qui lui ont été imposées ont réduit sa puissance à presque rien.
— C’est vrai. Carthage n’a plus le droit de faire la guerre sans l’autorisation des Romains. Même en Afrique, elle ne peut se défendre contre les peuples voisins qu’en nous demandant l’autorisation, nous, ses éternels rivaux. C’est excessif !

Mais Caton n’était pas de cet avis.

— Je redoute toujours Carthage. J’ai conduit une mission romaine en Afrique et la prospérité renaissante de la ville m’a fortement impressionné. Je suis persuadé qu’un jour, Carthage disputera encore la Méditerranée aux Romains. On n’a rien à redouter d’un lionceau, peut-être, sauf qu’un jour, il deviendra un lion !

On finit par écouter Caton. Le sénat décide de donner le coup de grâce. On détruira Carthage. Mais il faut un prétexte valable pour déclarer la guerre à Carthage.

Punic_war_264-fr Troisième Guerre punique

Or, l’année même où le sénat prend cette décision secrète, une occasion se présente. Depuis quelques années, Carthage subit les incursions du roi de Numidie. Ce dernier, du nom de Massinissa, est client de Rome et veut s’emparer de la côte qui appartient à Carthage. En 149 avant Jésus Christ, les Carthaginois en ont assez des attaques incessantes du roi numide et ils réagissent en déclenchant la guerre.

Carthage ne fait que se défendre, naturellement. Mais le sénat romain ne l’entend pas de cette oreille : il affirme que son ennemie a violé les traités de paix et qu’elle mérite une punition. Cette punition doit être exemplaire, elle doit même être la dernière. Le sénat veut détruire entièrement Carthage.

— Rome veut la guerre ! Rome veut la guerre !

Quand ils apprennent la décision de Rome, la terreur s’empare des Carthaginois. Il ne sont pas en mesure de faire face à l’attaque et ils savent la guerre perdue pour eux.

Ils pensent calmer la colère du sénat romain en … La suite vous intéresse ? Ce sera dans votre abonnement (cliquez ici) Abonnés, connectez-vous dans le menu.

>
error: Contenu protégé par la loi