Les bienfaits de l’Histoire du Soir : les Valeurs Morales, par Gauvain

Ceci est la cinquième partie de mon édito destiné aux parents, toujours dans le but de leur rappeler les bienfaits et l'importance de l'Histoire du Soir. Voyons la question des valeurs morales que l'on peut trouver dans les Histoire du Soir classiques, et celles que l'on trouve dans ce que les enfants lisent à l'instigation de l'école ou de la bibliothèque municipale.

Nous vous invitons à retrouver les éditos  précédents si vous les avez ratés : nous avons déjà parlé de l'Imagination de l'enfant ou de l'importance d'un cadre sain

Les valeurs morales

Je doute être le seul à l'avoir remarqué : le contenu des livres que l'on tend à nos enfants semble de plus en plus dénué d'intérêt, manque de profondeur, côtoie incroyablement souvent l'insanité quand ce n'est pas carrément l'occultisme. Plus rien n'a de sens, plus rien ne stimule la grandeur d'âme que chacun de nos enfants ne demande qu'à déployer.

Si vous avez attrapez cinq livres au hasard sur l'étagère de l'école primaire de votre enfant, il y a de forte chance que vous tombiez sur 2 histoires de sorcières qui font bouillir des chats, et 3 autres qui vont raconteront les péripéties du petit écolier Martin, futur transsexuel "s'éveillant à sa vraie nature", ou qui vous relateront l'histoire de Gaston la licorne rose qui découvre ses sentiments amoureux douteux,  et enfin un dernier qui narrera les affres d'un "gentil" vampire (car il s'agit bien sûr d'inverser les choses désormais et un vampire, c'est sympa, tandis qu'une mère de famille qui ne travaille pas ou un père qui fait l'école à la maison, c'est monstrueux...).

valeurs moralesImpossible de mettre la main sur un Le Club des Cinq d'antan ou un 6 Compagnons de la Croix Rousse. Je ne vous parle même pas de trouver l'histoire du Chevalier du Guesclin ou de Jeanne D'Arc. Je vous défie de trouver une quelconque notion de valeur morale dans n'importe lequel des livres que la maîtresse a demandé à votre enfant de lire pendant les vacances.

Courage, justice, vérité, sens du sacré, honnêteté, générosité, courtoisie, loyauté n'ont donc simplement plus leur place dans l'avenir des nouvelles générations ? Il faut du consommateur certifié, du naïf servile, exploitable, sans culture, sans aucun sens vraiment critique, élevé dans l'inversion complète. Tel est le programme bien décrit dans, par exemple, Machiavel pédagogue.

A vrai dire, il subsiste quelques valeurs tout de même qui viennent de l'Ancien Monde, mais qui semblent honteusement déviées et utilisées à des fins perverses : le pardon, la modestie et l'humilité sont poussés à outrance pour fabriquer des serpillères dociles, pliée sous le joug de la repentance et la honte. La tolérance et la curiosité servent désormais des fins que je vous laisse le soin d'identifier.

Pourquoi est-ce que nos enfants ne doivent plus entendre parler de valeurs morales ? Qu'advient-il d'une génération qui n'a jamais entendu parlé de la Vertu ou de la grandeur d'âme ?

Les valeurs dans nos Histoires du Soir

Cette nouvelle génération de livres d'écoliers sont l'une des raisons qui ont accéléré le projet Histoire du Soir.

Dans chacune de ses histoires, notre auteur s'efforce d'y retransmettre les valeurs qu'il a lui-même reçues, et des générations entières avant lui. Chaque génération a un devoir de transmission à remplir, et dans cette transmission, les valeurs morales sont sans doute ce qu'il y a de plus précieux. Il s'agit de notre devoir le plus fondamental.

Gauvain, 23 ans

>