Louis-Antoine de Bougainville raconté aux enfants, découvreur de Tahiti

expo-automne

Bougainville découvreur de Tahiti

6-7ans

Bougainville, un beau nom. C'était un explorateur, c'est-à-dire quelqu'un qui a recherché de nouveaux pays, des endroits inconnus des gens de son pays.

Il fut l'un des premiers Français à faire le tour du monde.

home1

Marin avec boucle d'oreille: il a passé le cap Horn

Tu vois peut-être parfois des hommes porter une boucle d'oreille à la manière des femmes ou des Espagnols. Eh bien, autrefois, c’était interdit, seuls avaient le droit d’en porter les marins ayant réussi à dépasser le Cap Horn, c'est-à-dire le bout de l’Amérique du Sud, un endroit où il y a beaucoup de tempêtes. Un jour que j’étais dans un train, il y avait un grand Noir avec une boucle d’oreille en face de moi et je lui ai demandé s’il avait « fait le Cap Horn. » Il parût étonné, il ne savait pas ce qu’était le Cap Horn, le pauvre, et je lui ai dit que s’il portait une boucle d’oreille, c’était sûrement parce qu’il était marin. Il dit que non. Alors, je lui expliquais l’histoire de la boucle d’oreille. Certains passagers étaient assez amusés et je reconnais que je l’étais aussi, parce que je l’avais un peu fait exprès, je savais bien que certains hommes se mettent aujourd’hui des boucles d’oreille par coquetterie, comme des femmes.

Revenons à notre histoire. Les maîtres des mers, à cette époque, c'étaient les fameux Portugais, intrépides, inventifs et courageux.

Il n’y avait pas de Français à avoir fait le tour du monde. Il fallait à la France un homme aussi courageux et risque-tout que le célèbre Magellan.

Cet homme, ce serait Louis Antoine de Bougainville. Un jour, sa mère adoptive reçut de lui une lettre des Amériques qui disait :

— Je suis devenu chef de guerre des Indiens Iroquois. J'ai été le premier invité au repas et j'ai chanté pour eux ma chanson de guerre. Les Iroquois m'ont surnommé "Le Grand Ciel en Courroux".

iroquois

Guerrier iroquois

Drôle de nom qui prouve que Bougainville avait du caractère car il devait se mettre en colère comme un ciel d’orage, pour les Indiens.

Louis-Antoine était le cinquième enfant de sa famille. Sa maman était morte quand il avait cinq ans, il en fut privé trop tôt. Heureusement, une dame l’adopta, la mère de l'un de ses amis, qui elle-même n’avait plus de mari. C'est à elle que Bougainville annoncerait bien plus tard sa transformation en chef de guerre des Iroquois car il l’aimerait toujours comme si elle avait été sa vraie maman.

Il fit des études au collège de l'Université et se montra fort pour les mathématiques, il écrivit même deux livres sur le calcul.

Son père voulait qu'il devienne avocat et il dut étudier ce qu’on appelle le droit, c'est-à-dire la loi et la justice. Mais cela devait un peu l’ennuyer car, alors qu'il était devenu avocat, il décida de partir à l’armée en 1753, comme aide-major dans le bataillon de Picardie. L'année suivante, il devenait aide de camp, puis secrétaire d'ambassade à Londres, où il fut reçu membre de la Société Royale. Un grand honneur !

Un jour, on lui annonce.

— Il paraît qu'on envoie un corps expéditionnaire au Canada.
— Mais, je veux en être, dit le jeune Louis Antoine, enflammé par l'idée du voyage.
— Oh là ! Mon jeune ami, calmez-vous.… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

>
error: Contenu protégé par la loi