Pêche sur la Loire, histoire pour les 5 ans et moins

Loire

Louise passe toutes ses vacances avec lui. Elle aime tant se promener dans les vignes ou au bord de l’eau. Lorsque l’on descend les marches du perron, à l’arrière de la maison, et que l’on traverse les dalles de la terrasse, s’ouvre un petit chemin qui traverse la pelouse, descend en pente douce jusqu’aux rives de la Loire. Dans une cabane en bois sommeille tout l’attirail de pêcheur, c'est-à-dire les instruments pour la pêche. La barque flotte à trois pas de la cabane, retenue à la rive par une vieille corde. On peut monter à bord grâce à un petit ponton fait de quelques planches. Les moments que Louise affectionne particulièrement, c’est l’attente, les longues heures de pêche sur la Loire, en espérant prendre des sandres ou des brochets.

photo_brochet_2 Pêche sur la Loire

Le brochet

sandre120607 Pêche sur la Loire

La sandre

Mais ce matin, Louise est en colère. Occupé dans son potager, Grand-père a repoussé la partie de pêche promise. Les tomates sont mûres à point et il s’est mis en tête de les récolter tout de suite :

« Ma petite chérie, je sais que nous devions aller pêcher ce matin, je te l’ai dit hier. Mais ce matin, j’ai fait un tour dans le jardin. Une grande quantité de tomates sera perdue si nous ne les ramassons pas.

— Mais Grand-père, allons pêcher d’abord, nous pourrons toujours les ramasser en rentrant. Du poisson pour aller avec les tomates, ça serait parfait ! a répliqué Louise, sûre que son astuce convaincrait Grand-père.

Il a secoué la tête en se grattant le menton :

— Il faut aller au potager avant que le soleil ne soit trop haut dans le ciel. Sinon, les tomates seront gâtées par la chaleur et nous, nous risquerions une insolation à travailler en plein midi !

tomates

— Mais, cet après-midi, il sera trop tard aussi pour la pêche ! Les poissons descendront au fond de l’eau pour chercher la fraîcheur et nous n’attraperons rien !

— Ma petite, les poissons resteront dans la Loire, alors que demain, les tomates seront abîmées. Ce matin, c’est jardin. La pêche se fera un autre jour, peut-être demain. Tu viens m’aider ?

Mais Louise n’a pas entendu la demande de Grand-père : elle a déjà claqué la porte et dévale les marches du perron. Elle court tout le long du chemin menant à la Loire, les yeux plein de larmes. Maintenant, elle arpente la rive, grommelant toute seule et jetant des bâtons dans l’eau. Pendant qu’elle récrimine, son regard tombe sur la barque. Elle oscille près du bord. Une idée germe dans son esprit :… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

(3) comments

Add Your Reply
>
error: Contenu protégé par la loi