Richard Cœur de Lion et la prise de Saint-Jean-d’Acre

richard-coeur-de-lion

Richard Cœur de Lion

Il y avait cent ans que les croisés n’étaient pas partis pour Jérusalem. La première croisade, en 1096, aventure qui avait réuni des milliers de personnes, avait commencé par des enfants et des pèlerins. Elle avait été rude, parfois cruelle, beaucoup étaient morts aussi bien sur la route que sur place.

— Regardez, des bandits !

— Est-ce qu’il n’y a personne pour nous défendre ? Nous ne sommes que des pèlerins, qui voudrait nous faire du mal ?

— Il n’y a personne, fuyez, quittez la route, prenez les chemins escarpés !

Les bandits ne se gênaient pas pour rançonner les pèlerins, d’ailleurs pas très riches. Parfois, il y avait des violences. Mais ce qui allait surtout poser problème, ce furent les Sarrasins, qui entendaient chasser les chrétiens et qui attaquaient les pèlerins arrivant en Asie mineure.

Voilà donc les pèlerins massacrés par des brigands ou par les Infidèles sarrasins. Les armées chrétiennes font des opérations vengeresses parfois terribles. Mais pour finir, cette première croisade connut le succès : les chrétiens avaient pris aux Turcs l’Asie Mineure, la Palestine et Jérusalem où se trouve le tombeau du Christ.

Mais il y a quelques jours, en cette année 1187, une nouvelle arrive en Europe :

— Les Infidèles ont… La suite vous intéresse ? Ce sera dans votre abonnement (cliquez ici) Abonnés, connectez-vous dans le menu.

>
error: Contenu protégé par la loi