Spartacus raconté aux enfants

4 croix

En ce temps-là, Rome traversait une période de désordre. Les pirates infestaient la mer et opéraient des incursions et des razzias le long des côtes, et les esclaves se révoltaient fréquemment. Les uns et les autres, lorsqu’on les attrapait, étaient traités de la même manière: avec la plus grande sévérité.

"Pas de pitié pour ceux qui défient l’autorité de Rome ! Envoyez ceux-ci aux galères ! Ceux-là au supplice et ces derniers aux jeux du cirque !"

C’était ainsi que Rome procédait. Parfois même, elle les mettait tout simplement à mort, en les crucifiant par exemple.

220px-Roman_collared_slaves_-_Ashmolean_Museum Spartacus raconté aux enfants

Esclaves de Rome, bas-relief

Pour ce qui est des esclaves, la situation de ces malheureux était parfois plus que détestable. Certes, on en trouvait qui s’étaient affranchis, c’est-à-dire qu’ils étaient devenus libres. « Ah ! si nos enfants pouvaient devenir citoyens romains… » espéraient-ils ! Il arrivait que l’un de leurs petits-enfants devenait sénateur, cela s’était déjà vu. Après tout, ces esclaves étaient des Germains, des Numides, des Gaulois, des Bretons, des Thraces, des Ibères ou des Slaves tout à fait capables de s’élever dans la société romaine. Et même parmi ceux qui restaient esclaves, beaucoup pouvaient se féliciter de conditions de vie acceptables, même s’ils n’avaient pas de liberté. Certains esclaves avaient été si appréciés de leurs maîtres que ceux-ci les avaient parfois adoptés comme leurs propres enfants, et c’est une histoire de ce genre que raconte le très beau film Ben Hur.

Mais hélas, bien souvent, les esclaves étaient maltraités, leur maître avait droit de vie ou de mort sur eux. Les esclaves en fait n’avaient… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

(2) comments

Add Your Reply
>
error: Contenu protégé par la loi