Ste Geneviève et ste Clotilde racontées aux enfants – deuxième partie

Ary_Scheffer_-_Bataille_de_Tolbiac

Clovis réfléchit à épouser Clotilde.Il n'est pas encore tout à fait décidé

Le roi Clovis envoya son ami Aurélien à Genève, où vivait la princesse Clotilde. Il voulait s’assurer qu’elle avait toute les qualités dont l'évêque Rémi l’avait parée, et qu’elle consentirait à ce mariage. Aurélien vit la princesse, qui était très belle. Il accomplit sa mission secrète, et Clotilde accepta d’épouser Clovis. Elle avait grandi dans la foi catholique, et depuis son enfance, l’évêque Avitus l’avait préparée à son rôle : épouser un chef païen et le convertir, l’amener à Dieu. Génie d'un grand évêque !

Clovis demanda donc au roi Gondebaud la main de sa nièce. Celui-ci n’osa pas refuser la demande de son puissant voisin. Ainsi, un matin de l’an 492, Clotilde prit ainsi le chemin de Soissons. Elle était escortée d’évêques et de guerriers. De lourds chariots traînés par des bœufs transportaient ses bagages, mais ralentissaient l’avance du convoi. Aussi la princesse fit-elle appeler le chef des guerriers qui l’accompagnaient :

charettes ste clotilde

— Je me méfie de mon oncle Gondebaud, dit-elle. Il pourrait bien changer d’avis, et chercher à me rattraper. Laissons donc les chariots continuer sur ce chemin, et prenons un raccourci à cheval.

Effectivement, Gondebaud envoya ses cavaliers pour tenter de rattraper sa nièce ! Clotilde avait eu une juste intuition. Mais c’était trop tard. Clovis l’attendait à la frontière, près de Troyes. … La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

(2) comments

Add Your Reply
>
error: Contenu protégé par la loi