Tsar dans la prairie, conte pour enfants (suite)

pension-a-la-carte-box-prairie

Jean aime Tsar, son cheval, mais il pense que son père va le vendre. Furieux, il ne veut plus voir ses parents.

Toute la matinée, Jean se cache dans le grenier de l’étable, son coin préféré où personne ne vient jamais le déranger. De là, on peut observer les souris qui se promènent sur les poutres, le chat qui leur court après, et de temps en temps, la vieille chouette qui doit avoir cent ans et qui dort toute la journée, sous le faîtage du toit, tout en haut. Et puis, on voit la prairie, d’un beau vert, un vert qui a toujours été là, doux et beau, soyeux, comme un tapis merveilleux. C’est là que Jean aimerait faire du cheval, aussitôt que ce sera possible. Et puis au milieu passe la route. Cette route par où est venu le marchand de chevaux. Jean se met à pleurer. Tsar… c’est fini, il va le perdre. Il va falloir aller lui dire. Il va falloir aller lui faire des adieux. Jean a l’impression qu’il n’y arrivera jamais. Il pleure encore, désespéré. Il est plus triste que jamais. La paille sent bon et il s’endort, épuisé par l’émotion.

« Jean ! »

C’est maman qui appelle. Jean se réveille. Il doit être midi. Il se lève et s’époussette pour se débarrasser des brindilles. Il descend du grenier à foin.

« Que t’arrive-t-il, Jean ? Qu’est ce qui ne va pas ? Mais où étais-tu passé ? » lui demande sa maman.

Jean ne répond pas. Les adultes ne le comprennent pas. Ils n’ont pas de cœur, ni maman, ni papa. Ils devraient bien savoir ce qui ne va pas. Ils vont vendre Tsar, voilà ce qu’ils vont faire.

Il vient de prendre une grande résolution.

La nuit, alors que ses parents sont endormis, Jean se lève et… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

(6) comments

Add Your Reply
>
error: Contenu protégé par la loi