Un petit clic pour une grande aventure, histoire pour enfants

alpage

Un petit clic pour une grande aventure

conte alpestre

Il était une fois une histoire de chaussures.

Rien de plus simple pour celui qui s’y connaît un peu que de commander ses chaussures sur internet. C’est ce que fait Erna, non sans hésitation ; des chaussures très grosses, aux rebords de cuir large, qui montent très haut sur la cheville, avec de gros et longs lacets. Des chaussures de montagne. Choisies du premier couChaussure-de-montagne-en-cuir-épais-ALPEX-P-42-TBE_66144188Lp d’œil. Et voilà, hop ! un petit clic.

Erna partage avec son amie Elise la passion de la randonnée. Quand je dis randonnée, je parle de « petite randonnée », « randonnée de moyenne montagne » car de vous à moi, Erna ne peut pas aller en haute montagne, elle a le vertige. Cette sensation de tournis qui lui donne l'impression de tomber dans le vide, sans pouvoir se rattraper, rien ne l’effraye autant… Erna est loin, mais très loin d’être une baroudeuse et pourtant, elle aime se plonger dans les récits épiques et tellement émouvants des grands alpinistes tels Maurice Herzog ou Georges Rebuffat.

Maurice-Herzog.-Revivez-sa-victoire-sur-l-Annapurna Un petit clic

Maurice Herzog, vainqueur de l'Anapurna

   Cette commande de chaussures fait partie des préparatifs. Un modèle d’occasion. Des chaussures déjà "brisées" c'est-à-dire assouplies, seront moins douloureuses car il est bien connu que les chaussures neuves en gros cuir peuvent faire souffrir les pieds, les premiers jours. Le facteur finit par passer. Elle tient son paquet dans les mains. Splendide ! Exactement comme à l’écran. Elles sentent bon le cuir. Quelle bonne affaire ! Erna s’empresse de dénouer les lacets. Hop ! Le pied droit… Parfait. L’autre pied… Tiens, quelque chose la gêne. « Qu’y a-t-il ? » Elle fronce les sourcils… « On dirait que quelque chose est tombé à l’intérieur… » Elle retire la chaussure. Il y a effectivement du papier tout au fond… Un papier, roulé comme un petit parchemin, tombé certainement là par inadvertance.

Erna le déroule soigneusement et reste interdite. Elle lit ces mots extravagants : « Besoin d’aide. Au secours. Chamousset.»

Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Chamousset ? C'est un nom où un endroit ? Voyons sur internet. Et la voici à rechercher fiévreusement. « Chamousset, un endroit dans la montagne, à Lus-la-Croix-Haute ! » Elle attrape le téléphone : « Elise, je sais, où nous partons ! Prépare-toi. Nous allons à Lus-la-Croix-Haute !
— Qu'est-ce qui t'a piqué, une mouche, une guêpe ? On peut savoir comment tu as décidé ça ?
— Je te dirai ça dans le train, on part tout de suite.

Et voilà comment un petit clic sur un ordinateur a conduit Erna et Elise à la gare, puis à Lus-la-Croix-Haute. Débarquant du car, elles ressentent un air pur, vif, qui leur pique le nez et le visage. C’est la fin du printemps. Il n’y a pas un flocon de neige, c’est tant mieux, pour monter là-haut ! Il fait un temps splendide et la chaîne de montagnes qui s’étale au-dessus d'elles les laisse muettes d’émotion.

A l’auberge, elles parlent montagne avec l’hôtelier. Celui-ci s’exclame, après avoir regardé les pieds d'Erna :
— Ces chaussures, mademoiselle, dites ! Vous les avez achetées ici ?
— Moi ? demanda Erna. Mes chaussures ? Non, pourquoi, qu’est-ce qu’elles ont ?
— Oh ! rien, rien... Seulement, c’est un modèle assez rare, je connais quelqu’un qui a exactement les mêmes !… La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Abonnés, connectez-vous dans le menu. 

>
error: Contenu protégé par la loi